LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Le Luxembourg veut se positionner comme acteur majeur de la blockchain

La technologie blockchain est devenue incontournable pour le Luxembourg et sa «digital nation». L’heure est à la digitalisation à tous les étages de l’administration. C’est dans le cadre de la semaine de l’ICT Spring, que la deuxième édition de l’Infrachain summit était organisée jeudi dans les locaux de la BCEE.

Le ministre délégué à la Digitalisation Marc Hansen n’était pas juste là pour de la figuration, puisqu’il a annoncé le lancement d’une blockchain publique, en collaboration avec le Centre des technologies de l’information de l’Etat (CTIE) et le Syndicat intercommunal de gestion informatique (SIGI). «Nous allons lancer une “blockchain publique”, probablement unique au monde, et ce à un niveau national et local», a déclaré le ministre, sans toutefois fournir plus de détails. Les deux organismes vont pouvoir expérimenter afin de découvrir tout le potentiel des applications de la blockchain pour le service public.

Pour Marc Hansen, il s’agit de lancer un signal fort au secteur privé et d’apparaître comme un pionnier en la matière. Yves Wengler, président du SIGI, s’est dit ravi d’être à la tête de cette initiative nationale, et que les besoins étaient grands, notamment pour mettre en place des certifications digitales pour les documents officiels.

Françoise Thoma, la CEO de la BCEE a abondé dans ce sens dans son introduction, en disant que la blockchain était l’une des technologies les plus prometteuses, notamment pour la compliance et l’audit. La banque a développé une équipe dédiée à la blockchain et devrait présenter sous peu deux projets liés, les prêts étudiant et la domiciliation, en collaboration avec le SNT de l’Université du Luxembourg ainsi que l’ABBL. Mais la blockchain permet aussi de développer des projets au sein de plusieurs banques, comme c’est le cas avec un projet «KYC» (know your customer).

Administration électronique

Marc Hansen estime qu’il s’agit également d’un sujet majeur et que les opportunités sont multiples. Le Luxembourg a pour ambition de renforcer sa position en tant que nation digitale et le ministre de rappeler la place de choix des data centers et une infrastructure dédiée. Pour cela, la digitalisation commence avec l’Etat lui-même en migrant vers une administration électronique.

Pour y parvenir, «les procédures seront simplifiées et accessibles à tous», promet Marc Hansen. «Le but est que l’Etat demande des informations aux personnes privées ainsi qu’aux entreprises une seule fois seulement, et que les données soient ainsi conservées par l’administration, sous réserve de consentement bien entendu», explique le ministre qui souhaite que le pays soit «digital par défaut», en augmentant les procédures digitales, comme les émissions de permis, «nous allons faire progresser la part du digital le plus possible». Mais si la digitalisation ouvre de nouvelles portes, les obstacles demeurent, notamment celle de l’accès et la transparence des données collectées. Mais Marc Hansen en est sûr, la blockchain est une révolution aussi importante qu’Internet à son époque, «nous avons besoin de nous en servir pour découvrir toutes les applications possibles».

Evidemment, le secteur privé n’a pas attendu le gouvernement pour sauter dans le train de la blockchain. Si les start-up luxembourgeoises VNX Exchange et Apla Blockchain ont présenté jeudi matin leurs outils qui se basent sur cette technologie, les Big4 veulent aussi se positionner sur ce marché.

Paul Brody, EY «global innovation leader», a développé avec ses équipes internationales des applications commerciales grâce à la Blockchain, afin de vendre des solutions de token et d’audit à leurs clients. «Nous voulons lier la blockchain avec des transactions d’entreprise et des objets du monde réel», estime Paul Brody.

C’est notamment le cas pour la traçabilité des objets au sein de la chaîne logistique. Ainsi, l’équipe d’EY va inaugurer aujourd’hui un marché blockchain en Chine, qui va notamment permettre aux clients de tracer leur bouteille de vin, du vigneron jusque chez eux.