LUXEMBOURG
LJ

Mobilité électrique: le gouvernement déploie un vaste programme de soutien

Le gouvernement en est convaincu: l’avenir de la mobilité sera électrique. Et abandonner les carburants fossiles – le transport est responsable de 67% des émissions de gaz à effet de serre – est un enjeu capital dans la lutte contre le réchauffement climatique. A noter que le Luxembourg s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55% à l’horizon 2030 par rapport à l’année de référence 2005.  Les objectifs en matière d’électromobilité sont donc ambitieux, très ambitieux même: d’ici 2030, la moitié environ des véhicules en circulation au Grand-Duché, soit autour de 230.000, devra être équipé  d’un moteur électrique.  Aujourd’hui,  quelque 7.000 véhicules électriques et hybrides  se trouvent en circulation selon les statistiques officielles. Tendance croissante. Mais il faut un sérieux coup de pouce pour atteindre les objectifs.
Dans cet esprit, la ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg, et le ministre de l’Énergie, Claude Turmes ont présenté hier matin notamment un régime de soutien de bornes de recharge électriques à domicile après l’adoption d’un projet de loi afférent par le Conseil de gouvernement le 1er juillet dernier. Il entrera en vigueur sous réserve de la finalisation de la procédure réglementaire. «Le Luxembourg se prépare ainsi à tous les niveaux pour sa transition vers la mobilité électrique: un mix efficace entre investissements dans le réseau de recharge publique très dense, aides à l’achat d’un véhicule électrique et primes pour la recharge à domicile faciliteront le passage de notre flotte nationale d’automobiles vers une flotte sans émissions», pointe Claude Turmes dans un communiqué de presse.

«Clever lueden»

Alors que la mise en place de quelque 800 bornes de recharge publiques à l’horizon 2021 va bon train, le nouveau régime dopera sans doute les installations privées. Il prévoit en effet un subside de 50% jusqu’à 750 euros pour une borne normale pour un à trois emplacements. Un subside de 50% jusqu’à 1.200 euros est attribué pour l’installation d’une borne intelligente. Au-delà de quatre emplacements, il y aura possibilité d’obtenir un subside de 50% jusqu’à 1.650 euros pour une borne intégrée dans un système collectif de gestion intelligente de charge. A noter que les frais éligibles couvrent la borne, l’équipement technique et la main d’oeuvre pour l’installation, respectivement l’adaptation technique de l’installation existante. Les montants des subsides pour le programme «Clever lueden» («Recharger intelligent») se baseraient sur une analyse détaillée du marché. 

«Clever fueren»

Mais ce n’est qu’une partie de la stratégie pour promouvoir une mobilité durable. Un des piliers sont les investissements élevés dans le secteur des transports publics et de la mobilité douce, un autre les incitatifs pour acquérir des véhicules électriques. Ainsi, le gouvernement avait décidé de renforcer le régime de primes pour véhicules à zéro émissions: dorénavant, jusqu’à 600 euros sont alloués à l’achat d’un nouveau vélo (+ 100%), jusqu’à 1.000 euros à l’achat d’un nouveau quadricycle, motocycle ou cyclomoteur électrique (+ 100%), ainsi qu’une prime forfaitaire de 8 000 euros (+ 60%) à l’achat d’une nouvelle voiture ou camionnette 100% électrique. Quant aux véhicules hybrides «plug-in» (≤ 50 g de CO2/km), la prime accordée s’élève toujours à 2 500  euros. Sont éligibles les véhicules commandés jusqu’à la fin du 1er trimestre 2021.
k Plus d’infos sur www.clever-primes.lu