LUXEMBOURG
LJ

La grève de 1942 a été commémorée le weekend dernier dans le pays

Le temps n’efface pas la douleur. Les commémorations de la grève générale de 1942 à Wiltz et Schifflange le weekend dernier l’ont bien démontré. Entre les dépôts de gerbes et les cérémonies - qu’elles soient religieuses ou non - et les minutes de silence: les pensées étaient toutes dirigées vers les 21 grévistes exécutés par l’occupant allemand au début du mois de septembre 1942.

Gerbes et sirènes

Comme 77 ans plus tôt, c’est à Wiltz que tout a commencé. La Cité Martyre a accueilli samedi matin une messe à l’église décanale de Niederwiltz suivie d’une sonnerie des cloches et d’une marche des sirènes pendant cinq minutes. Des fleurs ont ensuite été déposées devant la plaque commémorative de l’ancienne tannerie IDEAL avant le volet des discours.

Pour l’occasion, plusieurs personnalités politiques étaient présentes comme le ministre de l’Agriculture Romain Schneider, le ministre de la Fonction publique Marc Hansen et le président de la Chambre des Députés Fernand Etgen.

Samedi après-midi, c’est à Schifflange qu’une commémoration a eu lieu sur le site d’ArcelorMittal. Autour du bourgmestre Paul Weimerskirch, l’historienne Elisabeth Hoffmann et un représentant des Enrôlés de force ont sensibilisé l’audience à cette période particulièrement sensible qu’a vécu le Luxembourg.

Tout comme à Wiltz, dépôts de fleurs et retentissement des sirènes ont ponctué le rendez-vous. Soulignons que l’attention était également portée sur un autre anniversaire: celui du début de la Deuxième Guerre mondiale qui avait débuté le 1er septembre 1939. Les premières bombes sont en effet tombées sur la ville polonaise de Wielun, lançant un sanglant conflit qui fera entre 40 et 60 millions de morts, dont 6 millions de Juifs victimes de l’Holocauste perpétré par les nazis.