LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Les sites de rencontre pullulent sur la toile - Petit tour d’horizon d’une offre en constante expansion

Ils sont aujourd’hui aussi divers et variés que l’est notre société: les sites de rencontre se thématisent et se spécialisent pour répondre à des demandes de plus en plus pointues. S’il y a quelques années le français Meetic était bien connu, il est aujourd’hui concurrencé par une série d’autres sites. Réaction: le portail s’est diversifié en proposant des évènements qui vont des afterworks aux vacances organisées entre célibataires.

Du côté des autres plateformes, citons AttractiveWorld, un site qui couvre aussi le Luxembourg avec un concept particulier: une sélection à l’entrée. Il se définit comme «le site de rencontre des célibataires exigeants» et mise sur le sérieux des mises en relations proposées. Elite Rencontres mise quant à lui sur la qualification des personnes inscrites sur sa base de données axée sur les diplômes. Autre point d’attache particulier: l’âge est au cœur du site Nos belles années où seuls les célibataires âgés de 50 ans et plus sont admis. Badoo quant à lui vise une audience plus jeune et revendique 60 millions d’utilisateurs actifs chaque mois. Dans un registre plus thématique, Gleeden propose des rencontres pour des liaisons extraconjugales et permet à ses membres de rencontrer des personnes infidèles près de chez eux. Enfin, l’application américaine Hater met en relation des personnes en fonction des choses qu’elles détestent. «Meet someone who hates the same stuff» est le slogan de Hater qui met sur la table aussi bien des sujets politiques que de vie quotidienne.

Photo: Editpress/Hervé Montaigu - Lëtzebuerger Journal
Photo: Editpress/Hervé Montaigu

Le gap des générations

Bee Secure remarque des approches différentes en cybersécurités

Luxembourg Les rencontres sur le web sont aujourd’hui monnaie courante. Chiffres à l’appui, une étude mondiale montre que 40% des couples se sont rencontrés en ligne, contre 20% encore en 2010, souligne Jeff Kaufmann de Bee Secure. «Nous pensons que le succès est dû au fait qu’en ligne, chacun a la possibilité de trouver quelqu’un qui est exactement comme il recherche. L’autre côté amène peut-être à ce que les gens soient trop exigeants», reconnaît l’expert en cybersécurité.
Des actions de prévention aux risques sont organisées par Bee Secure dans les écoles, et des réflexes se créent désormais comme la vérification des profils en vérifiant que la photo utilisée ne soit pas utilisée pour un autre compte ou encore la recherche via des moteurs de recherche d’avis concernant des sites de rencontre. «Les jeunes sont dans l’ensemble plus méfiants», admet Jeff Kaufmann qui constate que du côté des internautes plus âgés, la prudence est un peu moins de mise.

Scams, faux comptes et grooming en vogue

Certains se retrouvent confrontés à des cas de scams, ces demandes de ressources financières émanant d’une personne rencontrée en ligne à qui ils se sont attachés mais aussi des faux sites de rencontre qui s’avèrent en fait être des sites de «cam girls».
Les faux comptes en revanche concernent toutes les tranches d’âges et Bee Secure souligne que certains garde-fous existent comme la connexion via un autre profil comme celui de Facebook mais aussi - parfois - l’envoi d’une copie d’une pièce d’identité.
Quant aux plus jeunes, ils sont exposés au phénomène du grooming à savoir des adultes souhaitant rencontrer des mineurs. «Selon une étude allemande de 2016 sur l’utilisation des nouveaux médias par les jeunes, 3% des jeunes âgés de 6 à 12 ans ont déjà eu un contact avec un groomer», pointe notre interlocuteur. Ceux-ci opèrent surtout via des jeux en ligne comme Fortnite ou League of Legends, très populaires auprès de cette population.
Plus globalement, Jeff Kaufmann recommande à quiconque de bien lire les conditions générales lors de l’inscription sur un site de rencontre afin de prévenir d’éventuels tracas.    CK

Photo: Shutterstock - Lëtzebuerger Journal
Photo: Shutterstock

Se déconnecter des sites de rencontre

Certains célibataires tournent le dos à ces plateformes et se montrent pour le moins critiques

Luxembourg «Je suis dégoûté des sites de rencontres», confie Gérard (*), un célibataire résident au Grand-Duché âgé de 38 ans. Il a fréquenté pas mal de ces sites et autres applications et se montre pour le moins critique. Les sites de rencontre? «Ils arborent généralement un tarif différent pour garçon et fille (même souvent la gratuité pour ces dames), ce qui est une discrimination par le sexe au regard strict de la loi. Mais les féministes, on les entend pas là», souligne-t-il.

Pousser à la consommation

Notre témoin estime que le système est faussé par le fait que la plupart des sites offrent l’inscription gratuite aux femmes, ce qui génère selon lui un flux de profils présenté aux hommes qui - pour entrer en contact avec les intéressées - doivent acheter un abonnement. «Les sites prétendent faire le ménage mais ça les arrange d’avoir des gens qui aguichent les mecs en laissant croire qu’on a plein de messages de filles pour qu’on prenne un compte payant».
Gérard a donc décidé de tourner le dos aux sites de rencontre. Il suit de nombreuses activités tant artistiques que sportives et s’en remet à présent au hasard de la vie. Une agence matrimoniale? Très peu pour lui tant il juge les tarifs exorbitants. Il préfère désormais voyager - une fois tous les deux mois en moyenne - pour élargir son horizon et nouer des rencontres qui, un jour ou l’autre, pourront dépasser les frontières de l’amitié.  CK

(*) prénom d’emprunt