BELVAL
AUDREY SOMNARD

L’ILNAS a fait le point sur les perspectives de la normalisation au Luxembourg

Les professionnels du secteur se sont réunis vendredi à Belval pour la 50e Journée mondiale de la normalisation. L’occasion de faire le point pour l’ILNAS (Institut Luxembourgeois de la Normalisation, de l’Accréditation, de la Sécurité et qualité des produits et services) sur la stratégie 2014-2020 qui se termine et qui repose sur trois piliers: développer l’intérêt du marché dans le secteur de l’ICT, impliquer le marché et multiplier les échanges humains.

Jusque-là, l’ILNAS s’est focalisée sur le secteur ICT: «Notre but est de sensibiliser sur cette thématique, éduquer en éditant notamment huit éditions de nos yellow books, “standard analysis of the smart secure ICT sector”», explique Jean-Philippe Humbert, adjoint de la direction de l’ILNAS. En 2015, la normalisation s’est précisée dans les secteurs de l’«Internet of things» (IOT), le «cloud computing», la blockchain ou encore le «smart secure ICT». Pour mener à bien cette mission, l’institut s’est attachée à former des délégués de missions focalisés sur l’ICT pour voter sur des projets de norme à l’échelle européenne et internationale. Ils sont au total 91 actuellement au Luxembourg, et ont participé l’année passée à quatorze rencontres plénières. L’ILNAS organise également des événements dédiés et soutient la recherche dans le domaine. En collaboration avec l’Université du Luxembourg, un Master va voir le jour à la rentrée 2020. Jusque-là seule une certification existait pour des «élèves» en formation continue, ils sont une vingtaine à avoir obtenu ce certificat. Ce nouveau Master («Technopreneurship: mastering smart ICT, standardization and digital trust for enabling next generation of ICT solutions») va permettre de former une prochaine génération aux défis du secteur ICT en matière de normalisation.

Pour ce qui est de la stratégie 2020-2030 à venir, l’ILNAS, qui attend encore la validation du ministère de l’Economie, a ciblé deux nouveaux secteurs en plus de l’ICT: la construction et l’aérospatial. «Nous allons essayer d’appliquer les recettes que nous avons utilisées pour l’ICT. Nous allons promouvoir l’utilisation des normes», insiste Jean-Philippe Humbert qui veut insuffler au Luxembourg une véritable culture de la normalisation. La présence du Luxembourg sera ainsi renforcée au sein des comités techniques en organisant au Grand-Duché des séances plénières dès 2021, notamment sur la thématique du «cloud computing», une première du genre.