LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le marché de l’emploi salarié poursuit son évolution au Luxembourg

L’emploi salarié a ralenti sa progression trimestrielle fin mars, à 1% selon les données du Statec diffusées lundi. Sur douze mois, l’évolution est nettement plus marquée, de l’ordre de 3,8%, portée par les activités spécialisées et les services de soutien (+5,6%) et celles d’information et de communication (+6,2%). A elle deux, ces branches sont responsables de près de trois créations nettes d’emploi sur dix entre mars 2017 et mars 2018. Elles couvrent en outre un emploi salarié sur cinq dans le pays.

Des salariés plutôt que des salariées

Les chiffres du Statec montrent aussi que près de six salariés sur dix au Luxembourg sont des hommes. Sur un an, la progression est cependant équivalente pour les hommes et les femmes, de respectivement 3,8% et 3,9%.

Autre paramètre suivi de près, celui des travailleurs frontaliers dont le nombre a augmenté un peu plus vite que celui des résidents: en un an, ils ont progressé de 4,6% contre 3,2% pour les seconds. Ceux-ci représentent 55% des salariés du pays, parmi lesquels on trouve 49% de Luxembourgeois (soit 27% du total des salariés). Et parmi les allochtones, signalons la poussée des travailleurs résidents non-communautaires, de 11,5% sur un an.

Indubitablement, le marché du travail s’internationalise au Grand-Duché. Quant aux branches d’activité, le commerce, les transports, l’hébergement et la restauration reste la plus importante avec 23% de l’emploi salarié total du pays, devant l’administration et les services publics (20%) et les activités spécialisées et services de soutien (16%).