LUXEMBOURG
LJ

La Fondation IDEA présente une nouvelle formule de tableau de bord économique et social mensuel

Il faut «être à l’affût de toute inflexion économique et sociale» alors que la pandémie covid-19 a fait démarrer un crise économique et sociale dont on ne voit pas pour l’instant toutes les répercussions. Cette nécessité de suivi exposée ce vendredi matin lors d’une visioconférence par Muriel Bouchet, directeur de la Fondation IDEA, a amené le «think tank» de la Chambre de Commerce a affûter son table de bord économique et social mensuel.

Mêlant des indicateurs de court et de moyen terme, l’outil amélioré offre à la fois un aperçu sur les évolutions de l’activité économique dans les principaux secteurs du pays, mais aussi sur les conséquences sociales et financières de cette nouvelle crise. Le tableau de bord repose sur 21 indicateurs répartis sur 5 piliers: l’activité économique, le marché du travail, la situation sociale, les finances publiques et l’environnement économique européen et se veut complémentaire à d’autres outils de mesure produits par le Statec ou l’ADEM par exemple. Par contre, il prendra le pouls aussi des économies qui entourent le Grand-Duché, avec un focus particulier aussi sur la Grande Région.

Le pessimisme gagne du terrain

Les indicateurs seront toujours les mêmes, de manière à pouvoir les comparer dans la durée. Vincent Hein de la Fondation IDEA en a fait le tour en démarrant avec l’activité économique dont la valeur ajoutée brute a chuté de 26% dans la phase du confinement selon le Statec, avec des impacts de 90% dans l’Horeca et la construction et de 39% dans le commerce. Si les carnets de commande restent bien remplis dans la construction et que ce secteur reste optimiste selon les sondages d’opinion chez les patrons, dans l’industrie, 78% des entrprises prévoient une baisse de l’activité et 59% une baisse de l’emploi. Le solde des opinions dans le secteur des services non-financiers est très négatif avec -62%. Dans le commerce, 80% des interrogés redoutent une chute des ventes et de 56% de l’emploi dans les trois prochains mois.

Sur la place financière, si la chute de l’activité est modérée avec -10%, les fonds ont cependant accusé un coup dans l’incertitude économique mondiale avec une chute de 11,1 des valeurs d’actifs nets dans les OPC luxembourgeoises en mars soit 519 milliards d’euros.

Si le marché du travail a ralenti en mars, le mois s’est soldé par une hausse nette du chômage. IDEA s’attend à une progression sensible du chômage dans les prochains mois.

La pandémie et le confinement ont porté un coup aussi à la confiance des consommateurs, qui s’effondre face aux difficultés économiques à venir et à la hausse du chômage. L’appétance pour réaliser d’importants achats serait à la baisse. Il faudrait analyser si l‘épargne des ménage se transforme en une épargne de précaution.

La Fondation IDEA tient évidemment à l’oeil aussi les finances publiques marquées par de gros efforts au niveau des programmes de stabilisation de l‘économie. L’Etat doit faire des emprunts conséquents pour faire face à ces dépenses qui feront passer le solde bugdétaire d’un éxcédent de 1,4 milliards d’euros en 2019 à un déficit de cinq milliards en 2020. La récession sera marquée, avec un dégringolade de 2,2 % de croissance du PIB attendue à une récession de plus de 6%.

La zone euro s’attend quant à elle à une récession de 7,7%. Tous les Etats membres sont touchés, mais l’impact sera différent selon les structures des économies. Celles dans lesquelles le tourisme constitue une composante importante, comme dans les pays autour de la Méditerrannée par exemple seront sans doute plus durement frappés, d’autant plous que ces pays accusent déjà un endettement important.

«Il n’est pas possible d’avoir un Luxembourg qui s’en sort bien dans une zone euro qui va mal», a glissé Vincent Hein qui a relevé aussi une hausse du chômage dans la Grande Région au mois de mars après six années de baisse consécutive.

Pour télécharger le tableau de bord: www.fondation-idea.lu/2020/05/08/tableau-de-bord-economique-et-social-mai-2020/