LUXEMBOURG
JOËLLE LOOS

Le 17 octobre, c’est la journée internationale pour l‘élimination de la pauvreté. La célébration de cette journée, inspirée par le père Joseph Wresinski, fondateur d‘«Agir Tous pour la Dignité» (ATD) en 1957 en France, a débutée le 17 octobre 1987 lorsque des centaines de milliers de personnes s‘étaient rassemblées Place du Trocadéro à Paris pour rendre hommage aux victimes de l’extrême pauvreté, de la violence et de la faim. ATD a essaimé dans beaucoup d’autres pays, au Luxembourg aussi, où le taux de risque de pauvreté progresse également. Mais comment arriver à éradiquer ce fléau qu’est la pauvreté? Réponses avec Joëlle Loos, membre du groupe de coordination d’ATD Quart Monde.

«L’augmentation du taux de risque de pauvreté au Luxembourg nous préoccupe évidemment et nous devrons tout faire pour le ramener vers zéro partout dans le monde. C’est d’ailleurs le premier but que les Nations Unies se sont fixées en 2015 dans leurs objectifs de développement durable jusqu’en 2030. C’est un signal fort, car jusqu‘à cette déclaration, on ne parlait que de réduire de moitié le nombre de pauvres dans le monde.

Ce n’est pas uniquement par des aides matérielles que l’on réussira à éliminer la pauvreté. L’approche d’ATD Quart Monde a été depuis ses débuts d’outiller les personnes en situation de précarité pour réussir à faire entendre leur voix. Le père Wresinski a articulé cette philosophie lorsqu’il travaillait dans les années 1950 dans un bidonville parisien où l’on distribuait la soupe populaires. „Vous êtes plus grands que ce que l’on dit de vous“, disait-il aux gens. Pour nous, indépendamment de son origine sociale, toute personne a évidemment ses droits, sa capacité de s’articuler, son savoir et ses compétences.

Chez ATD Quart Monde, nous luttons à leurs côtés afin d’amener la société à reconnaître ce savoir et ces compétences, afin qu’elles puissent rester partie intégrante de la société. Mais nous oeuvrons aussi pour que leur situation soit comprise par leurs concitoyens. La culture est un outil important pour réussir ce pari et tout individu doit avoir accès à l’offre culturelle.

Mais nous créons aussi des plate-formes où les personnes concernées peuvent échanger sur leur situation, comme notre „Université Populaire Quart Monde“ avec des personnes solidaires à leurs côtés. La situation familiale et le danger de placement des enfants est un sujet de majeure préoccupation pour les concernés. Nous avons d’ailleurs relaté les échanges à ce sujet dans un livre dont sont nées entretemps des formations de croisement des savoirs entre les personnes en situation de précarité et les professionnels de l’enfance. Nous pensons que le modèle de cette expérience peut aussi être transposé dans d’autres domaines.

L’objectif d’ATD Quart Monde est donc en première ligne de faire valoir les droits de tout un chacun et de prévenir toute marginalisation en promouvant le partage de savoir et de compétences entre les personnes concernées par la précarité et le grand public. Un travail de longue haleine que nous présentons d’ailleurs dans une exposition à l’Abbaye Neumunster dont le vernissage aura lieu ce soir en présence de la Grande-Duchesse. L’exposition sera ouverte jusqu’au 5 novembre.»
www.atdquartmonde.lu