LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

HP Belux face à la crise du coronavirus

C’est ce qui s’appelle un début intense. Quelques semaines après son entrée en fonction le 1er février dernier, Koen Van Beneden se retrouve comme tant d’autres confiné à domicile et contraint au télétravail. «Heureusement» pour le nouveau «Managing Director» de HP Belux, les solutions permettant de travailler depuis chez soi, c’est l’une des activités phare du groupe.

«Depuis deux ans déjà nous proposons à nos clients des solutions pour travailler de partout, beaucoup d’entre eux ont déjà fait ce grand changement», assure le trentenaire par webcam interposée tandis que son entreprise reste sollicitée par des sociétés qui n’avaient pas anticipé la situation actuelle.

«Il est encore possible actuellement de s’équiper, cela nécessite quelques jours et nous devons faire des concessions et composer avec les pièces de notre stock», explique-t-il. Les partenaires en charge de la logistique sont opérationnels, certaines usines en Chine sont même déjà à nouveau en activité ce qui permet au groupe de pouvoir continuer ses activités malgré le confinement.

«Le plus difficile actuellement est le cas où vous avez un PC ou une imprimante qui nécessite une réparation car cela implique la venue d’un visiteur, ce qui va à l’encontre des interdictions en vigueur et rend donc l’opération impossible», illustre Koen Van Beneden.

Des ordinateurs aux imprimantes avant la 3D

HP est connu historiquement pour ses imprimantes. «Une imprimante sur deux vendue dans le Belux provient de chez HP», soutient notre interlocuteur tandis que «plus d’un équipement sur trois vendu est du HP» au niveau informatique.

Le plus gros segment pour la marque est le B2B, c’est-à-dire la vente aux entreprises, «avec une bonne répartition entre le secteur public et privé», précise Koen Van Beneden.

HP emploie 20 salariés au Luxembourg et opère sur les segments des «Personal Systems», de l’impression et des solutions graphiques et de l’impression 3D. Celle-ci cible une clientèle d’entreprises désireuses de «produire à l’échelle locale ce qui l’est dans des usines de masse en Chine», résume le «Managing Director». Une solution qui permet donc de soulager la chaîne d’approvisionnement et de répondre de manière agile à une demande ponctuelle. Voilà qui tombe plutôt bien en cette période de coronavirus. HP entend donc continuer sur sa lancée et étendre son leadership sur un marché en pleine mutation. «Si vous regardez à la réaction face à la crise actuelle, force est de constater que les entreprises n’étaient pas prêtes à 100% et donc, il y a encore des voies à explorer», conclut le responsable.