LUXEMBOURG
FABIO NEVES FITAS

La crise du COVID-19 a frappé plus durement les commerces de proximité. Confinement, télétravail, les consommateurs n’étaient plus au rendez-vous. Avec la reprise, un chef d’entreprise basé à Esch veut relancer le débat du stationnement. Avec plus de souplesse, ce dernier estime que les consommateurs reviendront faire leurs courses et ainsi soutenir tous les commerces.

«L’idée de départ c’est de faire revenir les clients dans les centres-villes, là où se trouvent les commerces locaux. Je suis moi-même commerçant, et j’ai vu les ravages qu’a provoqué cette crise auprès de mes confrères qui ont beaucoup souffert. Afin de relancer l’économie après cette crise inattendue, le commerce doit disposer de toutes les mesures nécessaires, afin de retrouver un fonctionnement rapide et efficace encore en 2020 et pour cela le consommateur doit se sentir en confiance.

Pouvrir faire facilement ses courses sur le temps de midi, aller au restaurant, c’est une façon de faire marcher le commerce. Si le stationnement est gratuit entre 12:00 et 14:00, ainsi que les samedis sur les stationnements publics, ou même les parkings publics, le consommateur aura plus de motivation de faire des courses sans risquer de prendre des avertissements taxés, ou même de payer des parkings dans les commerces qui ne disposent pas de parkings privés. Le but principal est de faire travailler équitablement tous les commerçants immédiatement.

Il pourrait s’agir d’un test ponctuel, d’ici la fin de l’année et voir les retombées avec une étude. Les transports publics gratuits c’est très bien, mais ce n’est pas réaliste quand on va faire des courses en famille et qu’on est chargés de plusieurs sacs. Si je prends l’exemple d’Esch, beaucoup de frontaliers venaient faire leurs courses à Esch, mais entre le stationnement payant le samedi, les contraventions qui pleuvent et les parkings publics cher, c’est plutôt les Eschois qui vont faire leurs courses en France, là où le stationnement est gratuit à midi et le samedi.

C’est pourquoi j’ai lancé cette pétition (Pétition publique n°1617), afin de booster le fonctionnement des commerçants rapidement et motiver le consommateur à faire fonctionner le commerce local tel que les restaurants, cafés, salons de coiffure, boulangeries, magasins de vêtements, salons de beauté, épiceries, entre autres...

Il est quand même urgent d’éviter les faillites, les licenciements et surtout la disparition des commerces locaux qui n’ont pas de ressources comme les grandes surfaces.»