LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

L’Observatoire de la formation des prix se penche sur les restrictions territoriales de l’offre

Chercher un produit et ne pas le trouver au Luxembourg ou bien avec un surcoût élevé: de nombreux consommateurs ont déjà vécu cette situation qui résulte des restrictions territoriales de l’offre (RTO). Dans une étude publiée mardi, l’Observatoire de la formation des prix conclut que près de quatre fournisseurs sur dix pratiquent les RTO au Grand-Duché.

Sérieuses barrières

En moyenne, les entreprises luxembourgeoises concernées ne sont pas en mesure de pouvoir offrir directement 17,7% de leurs produits et services à cause de ces barrières, dont la présence entraîne un surcoût moyen de près de 15%.

Dans le détail, les RTO ont des conséquences directes à savoir un prix plus élevé, des marges réduites et une gamme de produits et services plus restreinte. Mais à côté de cela, des effets indirects sont générés comme une qualité moindre des produits et services offerts, un allongement des délais de livraison et des caractéristiques différentes des produits et services demandés.

Les importations parallèles, un plan B

L’Observatoire de la formation des prix a décortiqué un rapport du Secrétariat général Benelux dédié aux RTO et diffusé le mois passé, mais en ciblant les résultats au niveau luxembourgeois et en intégrant les entreprises actives en dehors du commerce de détail.

On observe ainsi des réactions différentes des sociétés face aux RTO: celles qui n’exercent pas dans le commerce de détail sont sept sur dix à recourir aux importations parallèles, soit plus de deux fois plus que dans le commerce de détail. En moyenne, 44% des entreprises optent pour ce «plan B» face à des fournisseurs qui avancent une série de justifications.

La première est d’ordre logistique, la seconde est la demande différente du pays par rapport aux voisins et la troisième sont les coûts plus élevés dans le marché où l’entreprise est active. A noter que dans 35% des cas, aucune raison spécifique n’est invoquée.

Des entreprises de toutes taillesconcerncées

Plus globalement, le Secrétariat général Benelux conclut que les RTO concernent les entreprises de toutes tailles.

Il a interrogé 68 représentants d’entreprises luxembourgeoises en ligne pour cette enquête qualitative reprise ensuite par l’Observatoire de la formation des prix.