LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA (AVEC DPA)

Une offre a été déposée pour le site d’ArcelorMittal, selon DPA

Le sidérurgiste allemand Salzgitter a déposé une offre de reprise des sites ArcelorMittal situés au Luxembourg et en Belgique, a fait savoir lundi après-midi l’agence de presse DPA. S’il a été décidé de faire une offre, son montant n’a pas été dévoilé.

Cette offre s’inscrit dans le contexte de la mise en vente par ArcelorMittal de six sites de production situés en Italie, en Roumanie, en Macédoine, en République tchèque, au Luxembourg et en Belgique. Son objectif? Eviter un abus de position dominante du géant de l’acier qui a annoncé l’an dernier son intention de racheter son concurrent italien Ilva, pour 1,8 milliard d’euros.

«Je suis étonné du déroulement du dossier», a réagi auprès du «Journal» Jean-Claude Bernardini de l’OGBL. Alors que la semaine dernière la date de finalisation de l’acquisition a été repoussée au 15 septembre, l’annonce d’un repreneur survient quelques jours plus tard. «Est-ce que c’est pour mettre la pression? Je ne sais pas», a commenté le secrétaire central et membre du Bureau exécutif de l’OGBL.

200 emplois en jeu

En activité depuis 37 ans, ArcelorMittal Dudelange emploie plus de 200 salariés pour la galvanisation de produits plats. 900.000 tonnes de produits sous forme de bobines sortent chaque année du site.

Ce dernier a donc retenu l’intérêt du repreneur Salzgitter, au même titre que les lignes de fabrication de Liège. En mai dernier, le ministre de l’Economie Etienne Schneider s’était déjà félicité de la présence de Salzgitter parmi les repreneurs potentiels du site de Dudelange, «étant donné qu’il s’agit d’un groupe européen et qui suit donc les normes européennes», selon un communiqué de la Chambre des Députés.

«Pour nous, ce qui est important c’est que le repreneur vienne avec un plan industriel qu’on puisse analyser et qui tienne la route», a nuancé Jean-Claude Bernardini.

Reste à voir si ArcelorMittal acceptera l’offre ou non.