LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Etienne Schneider s’est expliqué ce matin devant la commission Economie

Le feuilleton Google est loin d’être terminé. Etienne Schneider a fait le point sur les derniers épisodes ce lundi matin devant la commission Economie de la Chambre des Députés et à l’heure d’écrire ces lignes, aucun accord n’est encore dans le pipeline pour le soumettre au géant de Mountain View et espérer voir arriver son centre de données au Grand-Duché.

«On a presque tous les terrains», a dit au «Journal» le ministre de l’Economie après la commission. En fait, un propriétaire refuserait toujours de vendre son terrain tandis que d’autres auraient acceptés, mais certains seraient à l’étranger actuellement ce qui ralentirait la signature. «Notre but, c’est de finaliser le plus vite possible ce dossier pour le transférer à Google», a expliqué Etienne Schneider.

La localisation la plus vraisemblable reste Bissen, où LuxConnect héberge déjà un centre de données mais surtout, où un approvisionnement en électricité et en eau pour refroidir les infrastructures serait assuré.

Les terrains, mais ce n’est pas tout

Mais attention, rien n’est fait et bien qu’il ait témoigné un intérêt certain pour le Luxembourg, Google pourrait perdre patience. «Google n’est pas engagé définitivement. Sa condition, c’est d’avoir les terrains donc, c’est à notre tour de jouer. Quand on aura les terrains, nous soumettrons le dossier intégral à Google et ils prendront leur décision», a résumé Etienne Schneider.

A noter que le ministre de l’Economie n’a pas souhaité commenter les informations relayées dans la presse qui évoquent un montant de 35 millions d’euros pour acheter les terrains. «Ce n’est pas l’Etat qui va acheter les terrains, c’est l’entreprise qui s’y installera à la fin», a-t-il précisé.