LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Les exécutifs de la Grande Région ont rencontré les acteurs économiques jeudi, une première

Education, environnement, mobilité, numérisation et entrepreneuriat: les échanges entre les exécutifs de la Grande Région et les représentants des chambres de commerce et d’industrie des entités membres ont été très intenses jeudi midi. Il s’agissait de la première rencontre du genre dans l’histoire de la Grande Région, a d’ailleurs précisé la ministre à la Grande Région Corinne Cahen lors d’un point presse.

«C’est à refaire», a enchaîné le directeur de la Chambre de Commerce Carlo Thelen. «J’espère que ce format sera un modèle pour ce qui va se faire en Sarre l’an prochain». Le Luxembourg cèdera en effet la présidence du Sommet de la Grande Région au Land allemand en 2019, après un mandat de 24 mois.

Délocaliser du Luxembourg à la Grande Région

Carlo Thelen a aussi insisté sur l’organisation du territoire de la Grande Région sous l’angle de la croissance qualitative. Son idée? «Regarder à instaurer des zones dédiées aux entreprises qui ne trouvent pas de place au Luxembourg dans la Grande Région». «On préfère toujours attirer un investisseur dans la Grande Région que dans un endroit plus éloigné d’ici», a-t-il insisté. De là à oublier le récent revers du Luxembourg dans l’accueil de Knauf, qui a finalement choisi la Lorraine pour ouvrir son usine de laine de roche?

«On ne regarde pas en arrière mais en avant», a rétorqué le directeur de la Chambre de Commerce. «Il faut utiliser le Luxembourg qui est le moteur économique de la Grande Région pour développer non seulement le Luxembourg mais la Grande Région», a enchaîné le ministre du Développement durable et des Infrastructures François Bausch. Et de citer - sans la nommer - la friche d’ArcelorMittal à Esch-sur-Alzette qui s’étend sur 30 ha côté lorrain et deux fois plus du côté luxembourgeois. «Mon ministère est en train de travailler sur un projet pilote sur cette zone», a-t-il souligné en appelant à créer une zone commune avec un seul régime fiscal et un seul régime de sécurité sociale.

Abattre les frontières pour aller de l’avant, telle est la démarche des exécutifs de la Grande Région qui étaient réunis hier à l’occasion du sommet «The Greater Region 4.0.». Il se poursuit vendredi, toujours sous l’angle de la digitalisation qui a déjà réuni des centaines de participants hier lors d’une série de conférences.