LUXEMBOURG
AS

Le grossiste en fruits et légumes cherche à se débarasser du plastique

Après plus de six mois de travail sur le projet, Grosbusch a mis en place une toute nouvelle politique d’emballage depuis environ deux semaines. La vision est d’éliminer un maximum de plastique, même si cela ne sera pas possible d’ici la fin de l’année. Mais le grossiste a renouvelé toute sa chaîne de production pour que les barquettes en carton remplacent celles en plastique.

Pour Goy Grosbusch, directeur d’exploitation: «C’est un investissement considérable de notre part, changer les machines, sachant que le carton coûte trois fois plus cher que le plastique. Nous sommes extrêmement dépendants des industriels qui fabriquent les emballages, nous avons dû trouver des alternatives de fournisseurs pour chaque emballage. Malheureusement aujourd’hui la production de plastique est plus simple et moins coûteuse, mais c’est un engagement que nous avons pris, nous sommes l’un des premiers en Europe dans notre secteur à avoir pris cette mesure». Celle-ci ne devrait pas se répercuter sur le prix final, assure le directeur.

Au total, Grosbusch estime que le groupe va économiser quelque 20 tonnes de plastique d’ici à la fin 2019. Sur une année entière, cela devrait correspondre à une trentaine de tonnes: «C’est un effort de notre part mais nous l’inscrivons dans une volonté de respect de l’environnement, d’autant que la demande de nos clients va dans ce sens», conclut Goy Grosbusch.