LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le nombre de faillites a gonflé de 28% au Luxembourg en 2018

Avec 1.195 déconfitures, l’année 2018 a été marquée par un pic des faillites de 27,81%, montrent les données de Creditreform publiées mercredi. «Le Luxembourg a atteint malheureusement un niveau record, jamais enregistré auparavant», pointe dans un communiqué de presse Herbert Eberhard, l’administrateur-délégué de Creditreform, une société de renseignements commerciaux à l’origine de ce décompte.

A y regarder de plus près, ce sont surtout les sociétés âgées de plus de cinq ans qui ont mis la clé sous la porte: elles représentent 78% des déconfitures. Autre particularité, elles sont plutôt axées sur les services (74%) mais le commerce signe une hausse inquiétante de près de 30% du nombre de faillites (à 254), «ce qui laisse présager une difficile mutation structurelle», souligne Creditreform.

Du fabricant de lasagnes Tavola à l’entreprise de transports Mancino, les faillites ont été aussi très médiatisées en 2018, pointe le rapport.

Regain de faillites dans les S.A.

Sans surprise, les S.à.r.l. sont la forme juridique la plus représentée non seulement dans le paysage entrepreneurial mais aussi dans celui des firmes échouées, avec près de 57% du total. Les sociétés anonymes voient toutefois leur nombre de déconfitures grossir de 32% à 494 unités.

«Il faut remarquer que malgré la bonne conjoncture, cette hausse substantielle des faillites est le résultat d’un changement structurel», pointe Herbert Eberhard. «Le taux très bas de déconfitures d’entreprises ayant moins de cinq années d’âge, montre bien le succès des initiatives à implanter de nouvelles firmes au Grand-Duché», ajoute-t-il.

Basée à Niederanven, Creditreform est spécialisé dans l’information économique et le recouvrement de créances à destination des entreprises.


www.creditreform.lu