LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le mouvement «En Marche!» regroupe 220 personnes au Luxembourg

La politique, ce n’était a priori pas la tasse de thé de Stéphane Vallance et Thibaut Saint Martin. Ces deux expatriés français ont certes tous les deux voté lors de la présidentielle de 2012 mais pas pour les mêmes candidats et encore moins les mêmes partis. Pourtant, ils pilotent aujourd’hui deux comités du mouvement «En Marche!» au Luxembourg. «Ce qui m’a séduit, c’est la possibilité de pouvoir participer. Cette démocratie participative signifie avoir une place au sein du mouvement et être écouté», explique Stéphane Vallance. À la tête du comité «En Marche Luxembourg», il s’apprête à l’agrandir. Car le Grand-Duché compte actuellement dix comités. «L’idée est de les réunir sous un seul», explique Stéphane Vallance. À ce jour, le site web du mouvement «En Marche!» compte plus de 220 inscrits en provenance du Luxembourg.

De son côté, Thibaut Saint Martin est le responsable du comité luxembourgeois «Les Jeunes avec Macron». Ce mouvement réunit 15.000 adhérents «dont 70% vivent leur premier engagement politique», explique-t-il. Ce qui l’attire chez Emmanuel Macron? «C’est le premier candidat qui défend l’Europe», répond-t-il avant d’embrayer sur son côté rassembleur, sa communication aisée et sa maîtrise de l’anglais.

Des idées du Luxembourg jusqu’à Paris

Samedi, «En Marche Luxembourg» a organisé son premier rassemblement dans la capitale. Son but? Communiquer sur comment fonctionne le comité et collecter des idées. En fait, le QG du candidat fournit aux milliers de comités des fiches sur lesquels ils sont invités à recueillir les avis des sympathisants sur des thématiques telles que le travail, la santé, la solidarité ou encore l’Europe. «Nous faisons remonter des idées du Luxembourg à Paris», explique Stéphane Vallance qui explique avoir déjà relayé certaines doléances comme en ce qui concerne le vote des Français de l’étranger. Il est assez aisé pour les primaires de la droite par exemple où il se faisait en ligne mais pour l’élection présidentielle, un déplacement reste obligatoire. Parmi les autres sujets relayés, citons le droit de grève, les transports, l’éducation mais aussi le multilinguisme. Actuellement, le mouvement en marche compte 140.000 adhérents au sein de 3.000 comités répartis essentiellement dans l’Hexagone mais aussi à l’étranger avec 80 structures recensées. Et à la question de savoir si Emmanuel Macron pourrait un jour venir à Luxembourg, Stéphane Vallance répond qu’«il y aura certainement d’autres rendez-vous dans l’Est de la France et on y travaillera».

La crainte des extrêmes

Emmanuel Macron apparaît aux yeux de ses sympathisants comme le candidat du consensus entre la gauche et la droite mais aussi qui pourrait faire barrage à l’extrême droit de Marine Le Pen. Et s’il a démissionné de son poste de ministre de l’Economie et pris ses distances du président Hollande pour créer son propre parti, cela suscite parfois des critiques. «Certains disent que c’est un traitre. Moi je le dis courageux d’avoir fait cela», rétorque Stéphane Vallance. Pour sa communication, il utilise les réseaux sociaux et son site web invite les internautes à adhérer au mouvement voire à y contribuer financièrement. Un petit parfum d’Obama? Stéphane Vallance et Thibaut Saint Martin l’admettent. Après tout, lui aussi a fait figure de disrupteur dans son accession au pouvoir.

Le groupe Facebook «En Marche Luxembourg» réunit les sympathisants d’Emmanuel Macron au Grand-Duché

Le comité peut aussi être contacté via l’adresse enmarcheluxembourg@gmail.com