LUXEMBOURG
AS

La relation économique avec la Chine va être bouleversée par la crise

La crise du coronavirus est partie de Chine, un pays qui a été impacté dans sa production, et donc ses exportations à travers le monde, dont l’Europe qui en est particulièrement dépendante. Le Fonds monétaire international (FMI) a communiqué que la croissance économique mondiale sera négativement impactée de l’ordre de 0,1 à 0,2% par cette crise, a rappelé le député André Bauler dans une question parlementaire en demandant des précisions sur les répercussions sur l’économie luxembourgeoise.

S’il est encore trop tôt pour donner des chiffres, le ministre de l’Économie est cependant réaliste: «Il est indubitable que l’impact du coronavirus Covid-19 sur l’économie du Grand-Duché est considérable et va bien au-delà de répercussions qui seraient en lien avec un ralentissement de de l’économie chinoise».

Des produits et des services échangés

Les exportations de biens du Luxembourg vers la Chine ont atteint, fin 2019, une valeur de 199 millions d’euros (contre 232 millions en 2015) alors que les importations en provenance de la Chine se sont élevées à 219 millions d’euros (117 millions en 2015), précise le ministre.

Les trois premières catégories de produits les plus importantes, pour ce qui du volume des exportations, étaient, en 2019, les machines et appareils électriques, suivies par les métaux communs et ouvrages en ces métaux ainsi que les matières/produits textiles. S’agissant des importations, la catégorie des machines et appareils électriques était suivie par celle des matières/ouvrages plastiques et celle des métaux communs et ouvrages en ces métaux.

Les échanges de services entre le Luxembourg et la Chine ont atteint 1,18 milliard d’euros (dont 22% en services financiers) en 2018 contre 1,61 milliard d’euros (dont 15% en services financiers) en 2015. En y incluant Hong Kong, les échanges de services entre le Luxembourg et la Chine ont atteint 3,33 milliards d’euros (dont 58% en services financiers) en 2018 contre 4,12 milliards d’euros (dont 55% en services financiers) en 2015.

Pour rappel, sept des plus grandes banques chinoises sont maintenant établies au Luxembourg (Bank of China, lndustrial and Commercial Bank of China, China Construction Bank, Agricultural Bank of China, China Merchants Banks, Bank of Communications et China Everbright Bank). Le Luxembourg a également été le premier pays européen à adhérer en mars 2015 à la nouvelle Banque asiatique pour les investissements dans les infrastructures (AIIB), créée à l’initiative de la Chine.