LUXEMBOURG
JORGE ALMEIDA

Le jeu de rôle tactique «Fire Emblem: Three Houses» débarque sur la Switch

Fire Emblem: Three Houses» est le nouveau jeu de rôle stratégique de Nintendo. Cet opus se distingue de ses prédécesseurs par le fait que le personnage principal est un enseignant dans le Monastère de Garreg Mach, au lieu d’être le prince d’un royaume comme précédemment. En tant qu’enseignant, le joueur doit décider laquelle des trois maisons, chacune représentée par les futurs héritiers des royaumes du continent de Fodlan, il souhaite enseigner.

La vie en tant que professeur

En tant qu’enseignant d’une des trois maisons étudiantes du monastère, le joueur possède une très grande liberté de personnalisation de ses étudiants en temps de guerre. En effet, on est constamment confrontés avec des choix sur quelle statistique des différentes unités de son armée on souhaite développer. Des armes comme l’arc, la lance, l’épée, voire la magie noire ou blanche et même jusqu’à l’équitation et l’aviation. Cette liberté immense et auparavant jamais offerte avec ses unités, permet de les personnaliser selon ses vœux. Même les personnages qui sont depuis le début plus axés vers certaines statistiques, peuvent être entièrement améliorés dans d’autres aspects. Ceci est même encouragé par le jeu, puisque chaque unité possède des forces dans des aptitudes qui apparaissent initialement faibles et qui sont uniquement révélées lorsqu’on décide de les améliorer.

Chaque mois contient des journées libres où l’on doit soigneusement utiliser son temps imparti par le jeu, pour effectuer diverses activités au Monastère. Afin d’améliorer les relations avec ses unités, on a la possibilité de manger ou cuisiner des plats avec eux dans la cantine, de participer aux chœurs d’église ou bien d’assister à des séminaires qui améliorent les personnages. Chacune de ces activités énumérées coûte un point d’activité pour la journée. Au début on commence par uniquement deux points d’activité, mais en améliorant son rang de professeur à travers les activités entreprises avec ses étudiants, ces points augmentent, ce qui permet d’entreprendre plus d’activités dans une journée.

Une complexité tactique qui évolue

Les champs de batailles restent l’aspect principal de la série et sont donc évidemment de retour dans «Three Houses» . De ce côté, le nouvel opus ne diverge pas trop de ses prédécesseurs. Comme auparavant il y a des champs spéciaux, tels que les forêts qui augmentent les statistiques d’évasion des unités qui s’y situent. Un des points forts de «Three Houses» est le fait que le jeu augmente lentement la complexité des batailles et introduit continuellement de nouveaux ennemis. Au fur et à mesure de l’histoire, de nouvelles mécaniques sont introduites, tel que les nouvelles classes d’unités ainsi que des mécaniques en corrélation avec de nouvelles unités ennemies introduites. Des ennemis comme les unités volantes qui peuvent traverser le terrain plus rapidement et qui se lancent souvent sur les unités soignantes du joueur. Des monstres qui sont capables d’attaquer plusieurs unités en même temps et qui sont donc très difficiles à combattre sans souffrir des victimes dans ses rangs. Tout ceci mène à des batailles de plus en plus complexes et excitantes.

En conclusion, la série «Fire Emblem» a réussi avec merveille son atterrissage sur la nouvelle console de Nintendo. Le joueur peut compter sur une trentaine d’heures de batailles et décisions tactiques qui ne risquent pas de devenir ennuyeux.

Disponible à partir de 49,99 euros