LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Les crèches ont pesé sur le ralentissement de l’inflation en 2018

Avec 1,53% d’augmentation en 2018 contre 1,73% un an plus tôt, l’inflation a ralenti la cadence au Luxembourg, souligne l’Observatoire de la formation des prix dans la nouvelle édition de son rapport semestriel diffusée lundi. L’organisation pointe du doigt deux facteurs principaux au phénomène: les prix des carburants et la croissance relativement faible des prix des services (+0,79%) à cause de la baisse des prix dans les crèches et foyers de jour. Leurs tarifs ont fondu de 13,86% sous le coup de l’entrée en vigueur de la réforme des chèques-services accueil, en octobre 2017. Résultat, les prix administrés - auxquels appartiennent les crèches - ont reflué de 1,85%. Tout cela a considérablement freiné la hausse des prix, alors que ceux des produits pétroliers ont tout de même gonflé de 9,65%.

D’autres prix ont pris la pente ascendante: c’est le cas des produits alimentaires qui ont été poussés l’an dernier par les graisses et huiles, les poissons et fruits de mer et enfin les fruits. L’alimentation a été 2,28% plus chère en 2018, selon l’Observatoire de la formation des prix. L’année écoulée a aussi été marquée par l’introduction d’une nouvelle tranche indiciaire, en août. Depuis lors et jusqu’à fin décembre 2018, l’inflation cumulée a atteint 1,04%.

A contre-courant des voisins

Si en général le Luxembourg présente un taux d’inflation plus élevé que la zone euro et ses pays limitrophes, la tendance a évolué depuis 2014. Les prix ont nettement moins augmenté au Grand-Duché: l’inflation de 1,53% en 2018 s’affiche en-deçà du taux de la zone euro (1,74%), de l’Allemagne (1,85%), de l’UE (1,88%), de la France (2,10%) et de la Belgique (2,31%). Seuls six autres pays européens affichent un taux d’inflation inférieur à celui du Luxembourg: l’Irlande, la Grèce, Chypre, le Portugal, la Finlande et l’Italie. Ils varient de 0,72% à 1,24%.

L’impact du prix des crèches a même contré celui des produits pétroliers qui, avec 9,65% de hausse, est bien plus marqué qu’en France (9,4%), en Belgique (8,9%) ou en Allemagne (4,9%). L’Observatoire de la formation des prix prend aussi un peu de recul et entre 2005 et 2018, l’inflation a cru de 25,4% dans l’Union européenne. Le Luxembourg s’affiche un peu au-dessus, avec 26,1% , dépassé par la Belgique mais pas par l’Allemagne (21%), la France (19,8%) et la zone euro (21,9%).

En évolution annuelle moyenne, c’est en Belgique que les prix ont le plus progressé au cours des treize dernières années, avec 1,96% devant le Luxembourg (1,8%), l’Allemagne (1,48%) et la France (1,40%).