LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Si la place luxembourgeoise est réputée pour son offre en gestion de fortune, les banques de détail ne sont pas en reste. Pour un investissement qui va d’une centaine d’euros à un montant à cinq chiffres, voilà un petit tour d’horizon de quelques pistes proposées par les principaux opérateurs de la place.

Lëtzebuerger Journal

BCEE - Étape par étape

«Vu les taux bas, nous incitons les clients depuis 2010 à sortir de l’épargne», explique Claude Hirtzig, directeur adjoint à la BCEE. Mais la banque adopte une démarche prudente: elle propose des produits d’épargne avant de passer à la phase d’investissement. Ainsi S-Pension est un produit bancaire développé dans le cadre de l’article 111bis, avec les avantages fiscaux prévus par la réforme fiscale de 2017. Aussi, l’assurance épargne dédiée au financement des études des enfants créée par Lalux rencontre un certain succès. Quant à l’épargne logement de BHW, elle propose des avantages fiscaux non-négligeables avec une structuration assez simple. Du côté des produits d’investissement, S-Invest s’adapte au profil et besoins des clients. «Souvent nous constatons que les clients commencent à ouvrir un tel contrat pour leur réserve propre puis le font pour leurs enfants en lieu et place de la traditionnelle tirelire», constate le responsable. Enfin, les profils plus jeunes et connectés penchent pour le Speed Invest, un outil de gestion discrétionnaire qui propose une allocation idéale adaptée au portefeuille et au profil du client, sur base d’un questionnaire en ligne.

www.bcee.lu

Lëtzebuerger Journal

BGL BNP Paribas - diversifier pour fructifier

«Plus que jamais, nous préconisons à nos clients de diversifier leurs investissements afin d’avoir des perspectives de rendement plus élevées que les comptes épargnes classiques», pointe le directeur de la banque de détail, Roby Thill. Parmi ses nombreux produits, dont son fonds phare Generalpart 1 World Sustainable, BGL BNP Paribas propose l’OPCI Diversipierre, axé sur l’immobilier en zone euro.  Ce fonds investit à 55% dans de l’immobilier physique, à 40% dans des actions immobilières et obligations immobilières et à 5% de liquidités. «Avec ce fonds BNP Paribas Diversipierre, il devient possible de diversifier son portefeuille sur l’immobilier de la zone euro, même pour des petits montants, et sans passer par la case notaire», résume Roby Thill. Le montant minimum de souscription est en effet de 100 euros, et la banque laisse la possibilité pour les clients de demander un rachat à tout moment aux conditions du marché. Et au responsable de souligner que «ce que nous observons, c’est que les performances historiques montrent que les placements dits “risqués” sont plus rentables sur de longues périodes (>20 ans) que les placements dits “sécuritaires”».

www.bgl.lu

Lëtzebuerger Journal

BIL - 18 fonds pour investir

Le constat est clair: les clients s’intéressent davantage aux investissements alternatifs aux comptes épargne classiques et se détournent de ces derniers, souligne Alessandra Simonelli, «Head of Product Development and Customer Journey» au sein de la BIL. La banque propose une série de produits structurés accessibles à partir de 1.000 euros mais aussi 18 fonds BIL Invest, couvrant une variété de classes d’actifs et de régions. «Les performances évoluent très positivement, notamment pour les fonds patrimoniaux, avec un rendement allant de 3% à 13%», relate la responsable. Les épargnants peuvent avancer à leur propre rythme avec Flexicav, un ordre permanent dont ils déterminent le montant pour investir dans un ou plusieurs fonds de la gamme. «Les actions sont intéressantes, et offrent encore beaucoup d’opportunités si l’on compare aux obligations. Encore faut-il trouver le point d’entrée opportun», ajoute Alessandra Simonelli. Celle-ci insiste sur la spécificité de chaque produit et recommande à chacun de prendre d’abord contact avec un conseiller pour analyser son profil et proposer des solutions adaptées à ses besoins.

www.bil.com

Lëtzebuerger Journal

ING - Des solutions clé en main

Qu’il s’agisse de l’Invest Plan ou des Fonds Aria, ING propose des solutions d’investissement accessibles à tous. A partir de 50 euros par mois, l’Invest Plan permet aux épargnants de se constituer une épargne et cela, sans engagement sur la durée et sans frais directs. Quant aux produits structurés comme les Fonds Aria, ils sont accessibles à partir de 1.000 euros. «Notre grand avantage par rapport aux produits vendus par les compagnies d’assurance, c’est que l’on peut récupérer l’argent à tout moment», souligne Sébastien Mercier, «Head of Savings & Investments» chez ING Luxembourg. Seuls les produits structurés sont soumis à des frais au sein de la banque au lion. Celle-ci constate tout de même qu’«il y a énormément de clients qui ont tendance à être réticents, beaucoup n’osent pas faire le pas». Pourtant, les produits clés en main s’adaptent à la variété de profils de risques et d’horizons d’investissement qui existent. «Il n’y a pas de rendement sans risque», admet Sébastien Mercier. Il constate une appétence particulière du côté de la clientèle plus jeune et des expatriés, «plus ouverts à la discussion».

www.ing.lu

Lëtzebuerger Journal

Raiffeisen - Les fonds et les produits structurés en avant

«Les obligations sont délaissées partiellement pour les produits structurés et les fonds d’investissement susceptibles d’afficher des rendements plus élevés», constate Georg Joucken, «Head of Private Banking» de la Banque Raiffeisen. Avant tout, l’institution insiste sur le besoin de cerner les attentes du client, son horizon d’investissement et son appétence au risque. En fonction de cela, les fonds d’investissement peuvent être proposés, pour un placement d’au moins cinq ans. «Ni le rendement d’un fonds ni le capital investi ne sont garantis», précise Georg Joucken. Pour un investissement plus court, inférieur à deux ans, les produits structurés proposent «en règle générale un rendement dépassant le niveau d’inflation». Enfin, le plan d’épargne en fonds R-Planinvest permet de verser régulièrement un montant pour alimenter un portefeuille diversifié. Dans un contexte où les taux restent bas, «nous constatons que certains clients ont décidé d’augmenter légèrement le niveau de risque pour une partie de leur épargne». En moyenne sur les dix dernières années, le rendement oscillait entre 2% pour les profils prudents et 9% pour les profils agressifs, selon la banque coopérative.

www.raiffeisen.lu