LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Sa première mission sera retardée et plus complexe que prévu

La société d’exploration lunaire ispace revoit sa feuille de route et se dote de trois nouveaux partenaires, a-t-elle fait savoir jeudi. Sa mission initiale vers la Lune est retardée d’un an et étayée. Au lieu d’envoyer un orbiteur sans charges utiles autour de notre satellite naturel l’an prochain, l’entreprise japonaise mènera en 2021 une mission d’atterrissage en douceur transportant des charges utiles pour ses clients. «La décision d’ajuster le calendrier de la mission répond principalement à l’accélération spectaculaire du marché et à la demande croissante d’exploration lunaire dans le monde», pointe ispace dans un communiqué de presse. «De plus, pour que l’atterrisseur soit petit et léger dans ce délai, il faudra plus de temps pour surmonter divers obstacles et optimiser les systèmes structuraux et de propulsion», ajoute la firme.

Au service de la NASA

L’entreprise se prépare en outre à une seconde mission: l’atterrissage et le déploiement d’un rover pour l’exploration de la surface lunaire à l’horizon 2023. L’agenda sera aussi marqué par une mission à remplir pour Draper, une société américaine spécialisée dans l’exploration spatiale. Celle-ci a remporté un appel d’offres de la NASA pour transporter des instruments scientifiques à la surface lunaire. Si Draper a une forte expérience - puisqu’elle remonte à l’atterrissage d’Apollo sur la Lune, l’entreprise a mandaté ispace en tant qu’agent de conception et gestionnaire des opérations de la mission d’atterrissage.

Dans ce contexte marqué par une activité étoffée, ispace se renforce. Non seulement ses effectifs ont atteint la centaine de salariés dans ses trois bureaux mais en plus, trois nouveaux partenaires entrent en piste. Leur point commun? Ils sont tous nippons et centenaires. Le fabricant de montres Citizen Watch va fournir son matériau Super Titanium pour accroître la résistance et la fiabilité des composants du vaisseau spatial d’ispace. Quant à Suzuki Motor Corporation, il effectuera une analyse structurelle de l’atterrisseur lunaire tandis que Sumitomo Corporation compte étendre son activité de négoce générale à l’industrie spatiale et lorgne en particulier sur les ressources lunaires, dont l’eau.

ispace est établi au sein de l’incubateur Paul Wurth, au Luxembourg. Une vingtaine de salariés y travaille actuellement.

www.ispace-inc.com