LUXEMBOURG
LJ

L‘OGBL tire la sonnette d‘alarme: 70 postes en péril chez le transporteur routier

Plus de salaire ni de perspectives depuis des mois: les quelque 70 salariés de la société de transport par route Karo Line Luxembourg basée à Weiswampach, sont à bout. «Cette situation est devenue intenable pour ces salariés et leurs familles. Certains ont vu arriver chez eux des huissiers de justice, se sont vu saisir leurs meubles, ont dû se séparer de certains de leurs biens … ils sont littéralement sur la paille par la seule faute de leur employeur», accuse l’OGBL dans un communiqué de presse diffusé hier.

«Pas d‘interlocuteur crédible»

Des représentants du syndicat auraient bien tenté de creuser les raisons de cette situation, mais la gérante de la société aurait avancé comme seule explication que les deux principaux clients de la société doivent des factures pour un montant approximatif d’un demi-million d’euros.

Une somme correspondant à la fin du mois courant au montant total des arriérés de salaire que Karo Line devra à ses chauffeurs. Les clients en question seraient les sociétés belges Win‘s et Magellan, deux sociétés du Holding Magellan. «Tout ceci via des montages nébuleux de sociétés qui diluent les responsabilités. Et qui retrouve-t-on également dans les coulisses de ces sociétés écrans? La société … Karo Line Luxembourg! Le patron de la société Win’s serait même, dans la vie, le compagnon de la gérante de la société Karo Line Luxembourg!», s‘exclame le syndicat.

Des tentatives de discussion avec la direction se seraient soldées par des échecs. «Malheureusement, il nous a fallu constater que nous n’avions pas d’interlocuteur crédible face à nous. Suite à une réunion avec la majorité du personnel, il est ressorti que la seule issue favorable pour tous les travailleurs était la mise en faillite de la société établie au Luxembourg».

Une procédure aurait déjà été lancée via un avocat. Selon l‘OGBL, une mise en faillite permettrait aux salariés de pouvoir s’inscrire directement au chômage en Belgique - tous les salariés sont en fait des frontaliers belges - et de rentrer une déclaration de créance afin d’essayer de récupérer leurs dus.

Faillite frauduleuse?

Mais le syndicat est même allé plus loin: il a prévenu le Parquet afin que toute la lumière soit faite sur les agissements de ces sociétés. Des agissements qui ressembleraient «de plus de plus à une future faillite frauduleuse, avec à sa tête, des personnages plus que douteux». Romain Daubenfeld, secrétaire syndical OGBL a précisé qu‘en Belgique aussi, des procédures ont été entamées contre les sociétés Win‘s et Magellan. Selon lui, les propriétaires de ces entreprises y seraient connues dans notre pays voisin pour des montages douteux.