LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

La 5G arrive et va permettre de combler nos appétits en matière de bande-passante

Latif Ladid est chercheur au SnT de l’Université du Luxembourg. Il a notamment participé à une étude sur l’«Internet of things» et la 5G en Chine et en Europe. Il nous explique ce que la 5G change et ce qu’elle va apporter de plus que les technologies telles que la 4G.

Photo: Michel Brumat - Lëtzebuerger Journal
Photo: Michel Brumat

Quelle est la position du Luxembourg quant au déploiement de la 5G?

LATIF LADID Le Luxembourg a été le premier à prendre l’initiative sur la 5G en Europe: c’est le seul gouvernement qui a annoncé le déploiement, notamment via POST pour effectuer les tests. C’est une très belle surprise car le Luxembourg veut se diversifier avec les satellites et les data centers. C’est un pays qui est ouvert à l’innovation, avec une petite équipe facilement joignable et à l’écoute, ce qui est appréciable.

Pourquoi est-ce si important d’être dans la course à la 5G?

LADID 60 CEO réunis à Boston ont estimé que les capacités de la 4G ne seront plus suffisantes d’ici à 2021. A cause de l’augmentation du streaming de vidéos, des jeux vidéo, des objets connectés, tout cela est plus facile pour le cerveau à traiter. La vidéo est la nourriture du cerveau.

Concrètement, la 4G utilise un câble normal avec une capacité maximale de 100 Méga. La 5G, elle utilise la même fréquence que la télévision et va jusque 500km à 1 Giga byte/seconde. Cela permet de télécharger un film en une seconde, ou de pouvoir tous regarder un match de foot en streaming en même temps. De ce côté-là, la 4G est clairement en bout de course.

Au-delà des vidéos, les objets connectés vont prendre aussi de plus en plus d’importance?

LADID La 5G va permettre de découper la bande passante, comme des tranches de pain si vous voulez. Cela permet différents usages au niveau de la bande passante. Ce haut débit va permettre plus de précision, pas seulement pour une utilisation privée avec les objets connectés, mais aussi pour l’industrie. C’est ce que l’on appelle l’«augmented IT».

La 5G va-t-elle remplacer immédiatement la 4G?

LADID Il faut avoir le réseau physique, notamment avec de la fibre optique: les opérateurs doivent se partager le réseau. En Allemagne, les fréquences ont été mises aux enchères, le 4e opérateur One to One a été bloqué par le tribunal.  Des stations de base de 4G vont voir la 5G se rajouter dessus. Aujourd’hui la voix des conversations se fait toujours en 3G, car elle n’avait pas été définie sous le réseau 4G. C’est bien le cas avec la 5G. Cela sera appliqué aussi bien pour les personnes privées que pour les entreprises avec des services verticaux: aujourd’hui la 4G est utilisée pour la communication, la 5G sera utilisée pour l’industrie 4.0.

La société Huawei fait peur, qu’en est-il?

LADID Les Allemands ont redéfini les conditions requises, et les Chinois ont répondu avec une campagne marketing à très gros budget. Ils donnent beaucoup, mais ce sera payant sur le long terme. C’est une politique sur le long terme, le marché va décider. Mais dès le début la sécurité a été intégrée dans le système 5G, il n’y a pas lieu de s’inquiéter de Huawei.

Côté consommateurs, à quoi doit-on s’attendre?

LADID A la mi-2020, la 5G commencera à être déployée au Luxembourg, mais cela ne devrait pas être plus cher que la 4G. Il faudra cependant changer de téléphone… Et le seul pour l’instant qui est sur le marché, c’est un téléphone Huawei qui coute 3.000 dollars. Si la 5G s’ajoute à la 4G sur les téléphones, cela devrait être plus supportable pour les porte-monnaies. audrey somnard