LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Son bénéfice s’est contracté au premier semestre dans un contexte particulier

Un résultat en baisse, «mais considérable dans le contexte actuel». Voilà comment qualifie la Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat son bilan semestriel dans un communiqué paru ce mardi. La BCEE a réalisé un bénéfice net de 151,4 millions d’euros, soit 2,4% de moins qu’au 30 juin 2015. La faute aux taux bas, voire négatifs, qui ont plombé le tableau des résultats. Ainsi en variation annuelle, le produit bancaire s’est compressé de 5,2% à 320,1 millions d’euros, la marge nette d’intérêt a fondu de 7,0%, le résultat sur commissions a chuté de 7,2% et le résultat sur instruments financiers a dégringolé de 25,9% à 28,0 millions d’euros.

Ces éléments ont contrasté avec la hausse des volumes des crédits accordés et des dépôts reçus par la banque. L’encours des prêts et avances à la clientèle a en effet progressé de 2,2% sur six mois, soutenu par les prêts au logement et les prêts d’investissement. Du côté des dépôts, ils ont gonflé de 7,6% sur la même période.

Des participations profitables

Au final, la somme du bilan a crû de 5,3%, principalement portée par la hausse des dépôts de la clientèle du secteur public et privé. La BCEE a par ailleurs tiré son épingle du jeu au niveau des valeurs mobilières, dont les revenus ont bondi de 15,9% suite à sa participation dans le capital d’Enovos à hauteur de 12% et à la hausse des dividendes dans d’autres participations stratégiques. L’institution est en effet actionnaire de La Luxembourgeoise (à 40%), de la Bourse de Luxembourg (à 22,7%), de Luxair (à 21,81%), de la Société Nationale des Habitations à Bon Marché (à 11%), de Paul Wurth (à 11%) et de SES (à 10,88%).

Les frais généraux de la BCEE ont toutefois augmenté de 3,9% au cours des six premiers mois de l’année, sous le poids de sa contribution au fonds de pension de son personnel, des dépenses liées à la règlementation mais aussi des investissements dans des projets stratégiques. Impossible de ne pas penser au nouveau bâtiment de l’institution, le «19 Liberté» inauguré le mois dernier après un an et demi de travaux. L’ancien siège de l’ARBED regroupe aujourd’hui les services «corporate et private banking» de la BCEE.

Autre nouveauté de taille, la nomination de Françoise Thoma à la direction générale de la banque, depuis le 1er juin dernier suite au départ à la retraite de Jean-Claude Finck. Au comité de direction, Aly Kohll a succédé à Gilbert Ernst. Le premier semestre de l’année a également été marqué par la finalisation de la restructuration de la gamme des Sicav maison «Lux|funds» et la participation au stress test organisé sous l’égide de la Banque centrale européenne (BCE). 26 nouveaux collaborateurs ont par ailleurs rejoint la BCEE, qui employait 1.782 salariés à la fin de l’année dernière.


www.bcee.lu