LUXEMBOURG
CK

L’artisanat appelle à un renforcement des aides directes

Renforcer les aides directes et envisager une stratégie de reprise graduelle des activités: voilà le message lancé lundi soir par la Chambre des Métiers à l’attention du gouvernement. Dans un plaidoyer, l’organisation qui représente 90.000 salariés et 7.000 entreprises au Grand-Duché estime que le programme de stabilisation Covid-19 présenté le 25 mars dernier «apparaît désormais insuffisant, au vu des mesures de prolongations du confinement récemment annoncées par le gouvernement». Non seulement le «lockdown» entraîne des pertes de chiffre d’affaires pour l’artisanat mais aussi une hausse des coûts de remobilisation à déployer au redémarrage des activités.

Le «post-Covid» aussi

Dans ce contexte, l’organisation plaide pour «un élargissement de l’aide directe non-remboursable à toutes les activités artisanales mais aussi une gradation différente des aides directes non-remboursables pour les micro-entreprises tout comme pour les entreprises de taille petite et moyenne, avec comme critère d’attribution principal la perte du chiffre d’affaires et, partant, les problèmes de liquidités de l’entreprise dus à la crise sanitaire». Mardi en fin de journée, la Fédération Horesca a d’ailleurs émis la même demande: étendre l’aide non-remboursable actuellement fixée à 5.000 euros à toutes les PME du secteur.

La Chambre des Métiers appelle aussi à ce que les autorités planchent sur un plan de soutien «post-Covid» et cela, en définissant d’un commun accord des mesures à engager en vue de la reprise des activités. Elle a déjà élaboré deux autres séries de proposition pour préparer la stratégie de relance des activités, l’une à moyen terme (six mois) et l’autre à long terme. Il semble que l’institution s’impatiente en cette période de confinement dont – tout comme le reste de la population – elle n’entrevoit pas la fin.