LUXEMBOURG
LJ

Depuis le 1er décembre dernier, l’offre ferroviaire Belgique-Luxembourg plus intéressante - «Un succès fulgurant» se réjouit le ministre en charge des Transports

Le prix de l’abonnement ferroviaire mensuel en baisse de13,5 euros, celui de l’abo annuel de 135 euros ainsi que la gratuité et l’extension des P+R côté belge: tels étaient les points principaux d’une convention entre le Luxembourg et la Belgique entrée au vigueur le 1er décembre dernier.

Près de huit mois plus tard, le ministère du Développement durable et des Infrastructures luxembourgeois parle dans un communiqué de presse d’un «succès fulgurant» de ces mesures visant à attirer plus de voyageurs sur le rail.

En attendant le P+R de Viville

En effet, depuis le 1er décembre 2017, la SNCB constate une augmentation de 20% des usagers et le parking d’accueil P+R près de la gare d’Arlon, d’une capacité de 755 places, serait actuellement rempli à 95%. De plus, parmi les nouveaux utilisateurs du parking, un client sur deux serait un nouveau client des transports publics.

«Je suis très content que ces mesures aient porté leurs fruits. Une croissance de 20% des usagers du train et un grand nombre de nouveaux clients impliquent un délestement de notre réseau routier. À mon avis, la prochaine étape doit être la construction du P+R de Viville. Ce parking a un potentiel énorme et peut être construit rapidement, afin de permettre une mise en service en 2021. Il contribuera considérablement à décharger les routes entre la Belgique et le Luxembourg», se réjouit le ministre François Bausch (déi gréng) dans le communiqué de presse. Les parkings SNCB à proximité des gares d’Arlon, Aubange, Bertrix, Florenville, Forrière, Gouvy, Grupont, Habay, Halanzy, Jemelle, Libramont, Marbehan, Messancy, Neufchateau, Poix-St-Hubert, Stockem, Trois-Ponts, Vielsalm, Virton, Viville et dans la Zone Marche (Marloie, Marche-en-Famenne, Aye) sont effectivement gratuits.

Le futur P+R de Viville/Stockem avec une capacité de 3.000 voitures devait voir sa construction débuter en 2019. Il faut encore y construire une desserte ferroviaire.