LUXEMBOURG
MARIE-JOSÉE JACOBS, PRÉSIDENTE DE CARITAS LUXEMBOURG

Les réflexions de la présidente de Caritas à l'occasion de la Journée internationale de la charité

La Journée internationale de la Charité a été instaurée voilà quelques années à la date du 5 septembre pour marquer le décès de Mère Teresa de Calcutta et mettre en lumière son travail. 25 ans après son décès, son message de charité est plus que jamais d’actualité, estime Marie-Josée Jacobs, la présidente de Caritas.
«La situation des personnes à travers le monde est loin de s’améliorer. Les conflits qui s’enlisent comme en Syrie  et dans d’autres parties du monde obligent de nombreuses personnes à quitter leur terre et à errer jusqu’à ce qu’elles trouvent une terre qui veuille bien les accueillir. Les nombreuses catastrophes naturelles dues au changement climatique ne cessent d’anéantir les efforts réalisés par les populations pour se construire un meilleur avenir. Au Luxembourg aussi les inégalités ne cessent de s’accroître. La crise sanitaire que nous vivons actuellement annonce pour les années à venir une crise économique et sociale sans pareil, une crise qui demandera de la part de nous tous encore plus de «charité» ou de «solidarité», si l’on veut utiliser un mot plus moderne.
Chez Caritas Luxembourg, nous vivons la charité au quotidien. Nous la portons d’ailleurs dans notre ADN puisque notre nom «Caritas» vient du mot latin qui signifie «charité» ou «amour du prochain». Notre mission première est d’aider les personnes les plus démunies. Tout comme Mère Teresa de Calcutta nous nous occupons des plus vulnérables des vulnérables, de ceux qui n’ont pas un seul problème, mais qui accumulent les problèmes (logement, travail, santé, famille, insertion sociale, etc.) et pour lesquels il est souvent difficile d’entrevoir un meilleur avenir. Heureusement, nos collaborateurs, nos bénévoles, nos donateurs y croient.
La charité de Caritas Luxembourg se décline en aide alimentaire, par exemple, à travers les Caritas Buttek, les cuisines mobiles pour les déplacés en Syrie ou les colis alimentaires pour les victimes de la catastrophe au Liban, en aide pour s’abriter ou se loger (distribution de bâches, construction d’abris, réhabilitation de logements détruits, location de logements sociaux, etc.), en conseil et orientation à tous les niveaux (travail, formation, insertion, etc.), en aide au développement (renforcement des moyens de subsistances des populations, accès à l’eau, à l’éducation, à la santé, à un travail décent, etc.). Elle se fait sans distinction d’origine, d’âge, de nationalité, d’opinion philosophique ou religieuse et toujours de sorte que la personne qui la reçoit puisse garder sa dignité. C’est pour cela, par exemple, que les clients de nos épiceries sociales contribuent pour une somme modique à leurs achats et que nous attachons de l’importance à valoriser dans nos projets, nationaux et internationaux, les capacités et le potentiel de nos bénéficiaires.
Si le monde a aujourd’hui besoin plus que jamais de charité, Caritas Luxembourg reste confiante. De plus en plus de personnes souhaitent s’engager en tant que bénévoles et donner de leur temps et de leur personne. Nombreux sont les donateurs qui se mobilisent sans même attendre l’appel à l’aide. Enfin, nous voyons à travers les activités de bénévolat solidaire de Young Caritas et le programme de Plaidons responsable dans les lycées, que les jeunes se sentent plus que jamais responsables de leur monde, de leur société, de leur avenir et aussi de celui des autres et qu’ils veulent être solidaires avec ceux qui ont moins de chances qu’eux.»