LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

L’année 2018 a été marquée par un regain de prêts aux entreprises luxembourgeoises

La Société Nationale de Crédit et d’Investissement (SNCI) a octroyé l’an dernier 60,01 millions d’euros de co-financements globaux, soit trois fois plus qu’en 2017 où le compteur s’était arrêté à 17,79 millions d’euros, a-t-on appris mercredi.

L’établissement bancaire de droit public a publié son rapport annuel pour l’année écoulée, marquée par une recrudescence des prêts à moyen et long terme envers les entreprises luxembourgeoises. Celles-ci ont représenté 74% des financements totaux.

Du côté des crédits d’équipement, l’enveloppe octroyée est restée stable à 11,12 millions d’euros. Comme en 2017, les entreprises de l’artisanat ont décroché la plus grosse part du gâteau avec 66% des crédits. Mais les 7,31 millions d’euros correspondent à une chute de 28% sur un an. Le commerce suit avec un peu moins de 3 millions d’euros, puis 450.000 euros pour l’Horesca de même que pour les PME industrielle.

Quant aux prises de participation, elles sont passées de 4 millions à 1,3 million d’euros en 2018. Dans le détail, la SNCI a investi dans Master LeaseCo S.A., un société dont les deux filiales font l’acquisition de deux avions de Cargolux puis les louent ensuite à la compagnie. Celle-ci est
détenue à 10,67% par la SNCI, qui détient la même participation dans Master LeaseCo. Au total, l’établissement bancaire a déjà injecté 4,5 millions de dollars, précise-t-il.

Autre entreprise luxembourgeoise soutenue: LuxTrust - qui devient à moitié italienne suite à l’entrée dans son capital de Tecnoinvestimenti - voit se créer une nouvelle société dans laquelle tous les actionnaires luxembourgeois regroupent leurs parts, LuxTrust Development S.A.. Concrètement, la SNCI a injecté 5.500 euros l’an dernier, pour détenir 16,93% de LuxTrust Development et, via cette société, 8,46% dans LuxTrust S.A..

40 bougies et des millions d’euros injectés

Au total, la SNCI a engendré un résultat de 38,93 millions d’euros, en hausse de 37% sur un an. L’institution explique ce rebond par l’impact, en 2017, d’une perte de change (non réalisée) et des corrections de valeur. 2018 a également été marquée par la célébration des 40 ans de l’institution. Celle-ci a réalisé des opérations pour un total de près de 3,7 milliards d’euros en quatre décennies, dont 71% rien qu’en crédits à l’investissement, loin devant les opérations en fonds. A noter que les prises de participations ont atteint le total de 647,2 millions d’euros. Quant aux financements RDI et les crédits à l’exportation, ils ont atteint respectivement 3% de l’ensemble des opérations de la SNCI.

Dans un communiqué de presse, l’organisation rappelle que l’objectif des financements réalisés est de «développer et diversifier le tissu économique national dans l’intérêt général». La SNCI a d’ailleurs œuvré au Luxembourg Future Fund SIF Sicav, opérationnel depuis 2015. Il a déjà investi dans le Paladin European Cyber fund et a co-investi avec le fonds Lakestar II dans une série de Fintech comme CrossLend et SolarisBank. La première propose des crédits entre particuliers et la seconde une plateforme de banque digitale pour que des entreprises qui ne sont pas des banques puissent offrir des services financiers digitaux conformes à la règlementation en vigueur. Côté espace, LFF a co-investi dans Spire, qui offre des services d’analyse de données.

Il faut dire que le programme gouvernemental prévoit que les instruments de la SNCI suivent la diversification du tissu économique luxembourgeois dans le cadre de la digitalisation et de l’industrie 4.0. Efficacité énergétique, économie circulaire et énergies renouvelables sont autant de domaines dans lesquels l’établissement bancaire est appelé à jouer un rôle.

http.//www.snci.lu