NAMUR
LJ

La Région entame une procédure civile à l’encontre de Volkswagen

Le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio a annoncé jeudi par voie de communiqué de presse qu’une procédure civile par voie judiciaire à l’encontre du groupe Volkswagen va être introduite par la Wallonie pour régler l’ensemble du litige environnemental.

Un cabinet d’avocats spécialisé en responsabilité environnementale serait ainsi désigné pour représenter les intérêts de la Région dans l’affaire du scandale des moteurs diesel truqués du géant de l’automobile allemand.

102.500 véhicules concernés en Wallonie

Dès l’entame de cette affaire relative à l’utilisation d’un logiciel frauduleux par VW, il avait été décidé de déposer une déclaration de personne lésée auprès du procureur du Roi de Bruxelles. Cette démarche devait permettre à la Wallonie de mener des négociations avec le groupe VW pour obtenir une indemnisation des préjudices fiscaux et environnementaux subis.

Le Gouvernement wallon avait donné l’occasion à Volkswagen de prendre position et avait privilégié la voie de l’accord à l’amiable. Or, jeudi «le Gouvernement wallon a pris acte de l’absence d’avancée satisfaisante dans les discussions menées avec le Groupe VW, tant pour le préjudice fiscal qu’environnemental», lit-on dans un communiqué de presse.

A noter que la Wallonie est la première région belge à entamer une procédure judiciaire dans cette affaire. De son coté, la Flandre s’est déclarée personne lésée le 4 novembre 2015, comme l’avait fait la Wallonie. En 2015, le constructeur avait admis après nombre de révélations que 11 millions de ses véhicules dans le monde sont équipés du logiciel de trucage. En Belgique, 331.000 automobiles seraient concernés dont 102.500 en Wallonie. Le préjudice environnemental pour la région est estimé à entre 10 et 30 millions d’euros.