LUXEMBOURG
JORGE ALMEIDA

Un nouvel chef d’œuvre de «PlatinumGames» déferle sur Nintendo Switch

Atral Chain» représente l’évolution naturelle du développeur maître en jeux d’action, «PlatinumGames». Le joueur incarne un policier futuriste qui doit résoudre des enquêtes tout en étant confronté a des combats contre les Chimères, des créatures envahissantes d’une autre dimension. Mais contrairement aux jeux d’actions habituels, on ne se bat jamais seul. Assisté par différentes Légions, des Chimères capturées et tenues en chaîne par de la technologie futuriste humaine, le joueur se bat constamment avec style.

Le policier qui sauvera le monde

L’histoire d’«Astral Chain» se joue sur une île artificielle qui représente le dernier bastion de l’humanité contre l’invasion des Chimères. Celles-ci viennent d’une autre dimension et par leur simple présence, propagent une horrible maladie qui transforment les derniers humains survivants en des monstres horribles. La dernière ligne de défense contre cette invasion est le Neuron, une unité de policiers d’élite qui se sert de Chimères converties et enchaînées à leurs bras. Ceux-ci sont dès lors nommé les Légions et représentent avec le joueur le dernier espoir de l’humanité.

Tout au début, on peut choisir de jouer en tant que jeune homme ou jeune femme, mais le personnage non choisit apparaît quand même dans l’histoire dans le rôle de frère ou sœur.

En tant que jumeaux, ils rejoignent le Neuron et participent dans les premières missions qui servent de tutoriels pour le joueur.

«Astral Chain» commence son histoire avec des scènes d’actions intenses et ralentit uniquement lorsque le joueur a accès à ses capacités de combat principales. C’est dès lors que la variation et la personnalisation offerte ne cesse de croître.

Une variation surprenante

Au début du jeu, le personnage principal laisse simplement agir le Légion, qui est attaché à son bras à travers une chaîne, tout seul, et cela rend le combat moins dynamique qu’on l’espère d’un jeu «PlatinumGames». C’est uniquement à la fin du chapitre deux, lors d’un moment clé de l’histoire, que le jeu commence à offrir plus de possibilités en matière de combat.

Une fois cette barrière initiale franchie, le jeu n’arrête pas de s’améliorer. On acquiert la capacité d’exécuter des combos et techniques en synchronisation avec son Légion, ce qui rend le combat beaucoup plus fluide et rejoint ce que l’on attend de «PlatinumGames». Bien sûr, cela ne suffit pas: à travers un arbre de spécialisations, on peut continuer à acquérir des nouvelles techniques pour ses Légions, parce que oui, à travers l’histoire, on doit capturer plusieurs Légions différents que l’on peut utiliser au combat. Pour le public à haute tension, le jeu varie aussi avec ses nombreuses scènes d’action, des enquêtes et des sections de plates-formes qui sont plutôt bien réussies. Ainsi le joueur ne risque pas non plus de s’ennuyer à toujours répéter la même chose.

Pour conclure, on peut dire qu’«Astral Chain» est une jolie réussite du développeur «PlatinumGames». En mêlant action rapide avec des moments plus calmes d’enquêtes, le jeu parvient à capturer l’attention tout au long de l’histoire et le joueur ne risque donc pas de se morfondre.

Plateforme: Nintendo Switch. Prix: 60 euros