LUXEMBOURG
LJ

L’appel de CARE, Caritas, Croix-Rouge, Handicap International et Médecins Sans Frontières

À l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, plusieurs organisations humanitaires ont joint leurs voix pour souligner dans un communiqué commun combien le respect du droit international humanitaire est important. C’est ce respect qui garantirait la sécurité des équipes sur le terrain, dans des zones souvent instables et dangereuses. «En tant qu’organisations humanitaires, nous voulons continuer à offrir une assistance dans des contextes de conflits ou difficiles, mais pour cela nous avons besoin de travailler en toute sécurité. Pour que cette dernière soit garantie ou que les risques soient limités, toutes les parties prenantes doivent se conformer au droit international et au respect absolu des actes médicaux, des infrastructures sanitaires et des équipes déployées sur place», soulignent les ONG. Il faut savoir que les interventions des organisations humanitaires luxembourgeoises à l’étranger sont encadrées par la Charte humanitaire du Luxembourg signée en 2016 avec le Ministère de la Coopération et de l’action humanitaire. Une Charte qui e définit des normes qui visent à protéger celles et ceux qui en ont le plus besoin.

«La neutralité est nécessaire pour garder la confiance de tous»

«Recevoir et offrir une assistance humanitaire sans aucune discrimination est en effet un principe fondamental dont devraient bénéficier tous les citoyens dans le besoin, quel que soit le pays. L’action humanitaire, c’est accomplir un acte qui n‘est ni partisan, ni politique. C’est apporter son soutien à ceux qui en ont le plus besoin sans regarder la religion, l’appartenance ethnique, le genre ou les idées de ceux que l’on aide», soulignent les associations qui rappellent l’importance centrale dees principes de neutralité, d’impartialité et d’indépendance: «la neutralité est nécessaire afin de garder la confiance de tous. Il s’agit de s’abstenir de prendre part aux hostilités et, en tout temps, aux controverses d’ordre politique, racial, religieux et idéologique. L’impartialité signifie ne faire aucune distinction de nationalité, d’ethnie, de religion, de condition sociale et d’appartenance politique. Les organisations humanitaires s’appliquent seulement à secourir les individus à la mesure de leur souffrance et à soulager en priorité les détresses les plus urgentes. L’indépendance signifie que si les organisations humanitaires sont des auxiliaires des pouvoirs publics dans leurs activités humanitaires et sont soumises aux lois nationales des pays dans lesquels elles sont présentes, elles doivent pourtant conserver une autonomie qui leur permet toujours d’agir selon leurs principes».