LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Fidelity a présenté hier quelques opportunités d’investissement aux Etats-Unis

Alors que les marchés européens retiennent leur souffle face à la débâcle chinoise, les questions se multiplient pour les investisseurs. Dans ce contexte particulier, Fidelity Worldwide Investment a mis en lumière hier les atouts des placements outre-Atlantique. Outre une reprise économique, les Etats-Unis bénéficient de deux solides piliers que sont le marché du travail et l’immobilier. «Le nombre de personnes ensembles disposées à acheter un bien est revenu au même niveau qu’avant crise», a souligné la directrice des investissements, Stephanie Sutton. Qui plus est l’indice Case Shiller du prix de l’immobilier croît, sans pour autant exploser ce qui laisse entrevoir des perspectives de développement saines pour le marché.

De l’emploi à la consommation

Sur le front de l’emploi, le taux de chômage a renoué avec son niveau d’avant-crise et les créations de postes se portent bien. Dans la locomotive du train de l’emploi, on retrouve la santé et les technologies, deux secteurs qui requièrent une main d’œuvre qualifiée. Bon nombre de salariés quittent aussi leur poste pour un autre, mieux rémunéré. «Cela augmente la consommation». Et comme celle-ci est le moteur de l’économie américaine, on peut avancer que les affaires roulent. Enfin, la prudence s’avère quand même nécessaire vu les balbutiements du secteur énergétique cette année. «Le marché est volatile mais son niveau de volatilité est moindre que par le passé», rassure Stephanie Sutton.

Qui plus est, les Etats-Unis fourbissent déjà leurs armes face à une possible remontée du prix de l’or noir: le gaz de schiste. «L’accès à l’énergie bon marché est à portée de main», appuie l’intervenante. Et pour savoir dans quelles entreprises investir, le portfolio manager Angel Agudo a une approche particulière: il écarte les titres les plus médiatiques et se concentrer sur ceux qui sont dans le creux de la vague. «Je suis obsédé par la gestion du risque», affirme-t-il.

Une approche particulière qui a été détaillée hier devant une série de gestionnaires établis au Luxembourg. Fidelity y a domicilié une gamme de fonds, la SICAV Fidelity Funds qui s’adresse aux investisseurs d’Europe continentale et d’Asie. Dans le monde, la société américaine revendique 290 milliards de dollars investis pour le compte de ses clients, qui vont des banques centrales aux institutions financières notamment.


www.fidelity.lu