LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

150 personnes vont perdre leur emploi

Un nouveau plan social touche la place financière luxembourgeoise. Cette fois, c’est la banque LBLux S.A. qui est concernée. Sa maison mère, la BayernLB à Munich a annoncé son intention de quitter le Luxembourg, entraînant de facto la mise sur le carreau de ses salariés. Au total, ils sont 150 à être sur la touche. «Au début, il était question du départ de 171 personnes», explique Patrick Michelet du LCGB. Mais à la fin de l’année dernière, la Banque de Luxembourg a annoncé la reprise d’une partie de l’activité de banque privée, et par conséquent 21 emplois. D’ailleurs, les syndicats tablent toujours sur de possibles cessions d’activités de la filiale luxembourgeoise, histoire de limiter la casse sociale. «Nous sommes en négociation avec différentes banques et cela durera jusqu’au 31 décembre», ajoute le représentant. Un point de vue qu’on ne partage pas du côté de l’ALEBA, où on nous confie que «la banque n’arrivera pas à vendre ses activités». Autre piste pour limiter les dégâts: les départs à la pré-retraite. Des demandes ont en tout cas déjà été formulées, reste maintenant à les traiter et à leur donner suite.

Un plan social complet

Et pour tous les autres salariés, un plan social a été signé mercredi dernier. Il prévoit le traitement égalitaire de tous les salariés, des possibilités d’outplacement ou de formation, des indemnités extra-légales liées à l’âge et à l’ancienneté, une indemnité liée à la situation familiale, une mesure pour les départs anticipés et la possibilité de prolonger le préavis en cas de difficultés à retrouver un travail. Les négociations entre la direction et les syndicats ALEBA, LCGB-SESF et OGBL-SBA se sont étalées du 13 au 26 mars dernier, précise le communiqué commun.