LUXEMBOURG
CORDELIA CHATON

Rencontre avec Laurence Vanhée, consultante et «Chief Happiness Officer»

Développer une stratégie du bonheur rentable et durable au travail, voilà ce que propose Laurence Vanhée, «Chief Happiness Officer» au sein du cabinet de conseil Happyformance. Mardi soir, elle était l’invitée de KPMG à l’occasion de la première conférence du «Women in Tax Club» de 2018. La consultante belge s’est mise à la recherche du bonheur au travail suite à un burnout. Aujourd’hui, elle conseille les entreprises et organisations à développer une stratégie basée sur la formule: «Liberté + Responsabilité = Bonheur + Performance». Rencontre.

Êtes-vous plus heureuse aujourd’hui?

Laurence Vanhée Oui, bien sûr! À la fois parce que j’ai beaucoup appris de mon burnout et parce que j’éprouve énormément de plaisir et de fierté à mener des projets qui contribuent concrètement, à leur échelle, à un monde du travail plus heureux et plus pérenne. Et puis le bonheur, ce n’est pas le but, c’est le chemin. Et je suis consciente de cheminer, tant au niveau professionnel que privé, avec des personnes fantastiques.

Qui sont vos clients?

Vanhée Les clients d’Happyformance sont des organisations de toute taille et de tout secteur qui sont convaincus que le bonheur au travail est un levier de performance pérenne. Nous les aidons à transformer positivement leur culture et leur organisation pour être plus agiles et plus collaboratifs. Nous travaillons aussi bien sur la stratégie RH de l’UNICEF à New York que sur l’adoption de nouveaux modes de travail au sein de l’administration fiscale de Genève, ou encore sur l’appropriation d’environnement de travail pour ICADE en France (la foncière immobilière de la Caisse des Dépôts) que sur une approche holistique comme dans une usine d’Essity en Belgique tout comme sur l’innovation managériale au sein de la DGO6 du Service Publique de Wallonie. Nos clients sont sincères, courageux et apprécient travailler sérieusement sans se prendre au sérieux. Nous exigeons toujours ces trois qualités avant de dire oui à un projet car elles sont un gage de réussite.

Est-ce que vous arrivez à rendre vos clients heureux?

Vanhée Je l’espère et ce sont les retours qui nous sont faits. Nous les aidons à co-créer des solutions très pragmatiques et nous rendons les collaborateurs acteurs de cette transformation. Cela accroît le niveau d’engagement, de créativité et de pertinence des actions déployées. Nous avons à cœur d’agir sur des indicateurs mesurables qui touchent soit le résultat dernière ligne (productivité, créativité, transversalité, performance collective), soit un usage plus efficient de la masse salariale (moins d’absence, de rotation, plus d’attractivité), ce qui contribue aussi au bonheur du comité de direction. Un employé heureux fait des clients heureux qui font des actionnaires ou des parties prenantes heureux. Tout le monde est gagnant.

Est-ce que les femmes ont une autre idée du bonheur?

VANHéE C’est une bonne question. Les femmes ont en général une approche plus collective, plus collégiale, plus agile et plus pragmatique. Elles défendront plus vite l’intérêt collectif que leur réussite personnelle. Elles ne sont pas moins heureuses que les hommes, elles utilisent juste d’autres leviers. C’est de la responsabilité de l’organisation de créer les conditions pour que toute personne, quel que soit son genre, puisse cultiver son bonheur au travail et ainsi être dans une position de succès afin de créer durablement de la valeur.

Vous êtes basée en Belgique mais avez des clients au Luxembourg. Comment jugez-vous le bonheur ici?

Vanhée Il y a un fort intérêt qui va en grandissant. Comme dans tous les pays, les organisations ont poussé à l’extrême l’optimisation des ressources et des processus. Les collaborateurs sont épuisés et les jeunes générations attendent autre chose. Pour cultiver une performance durable, il est essentiel de remettre l’humain au centre des débats.


happyformance.com