MEXIQUE
ELIZABETH MEZA RODRÍGUEZ, EL ECONOMISTA

Au Mexique, 40 millions de tonnes de pneus sont jetés chaque année

Des entrepreneurs locaux s’attaquent à cette source de pollution en réutilisant ces déchets pour créer des revêtements imperméables, des matériaux de construction et un substitut au diesel. Un milliard de pneus sont produits chaque année dans le monde et ils viennent s’ajouter aux quatre milliards déjà présents dans des décharges, selon un rapport du WBCSD (World Business Council for Sustainable Development) sur les pneus usagés. Si la Corée du Sud, les Etats-Unis et l’Union européenne enregistrent un taux de récupération des pneus usagés de 85%, il en va tout autrement pour les pays en développement.

Au Mexique, par exemple, seuls 10% des 40 millions de tonnes de pneus jetés chaque année sont recyclés. Les autres finissent dans des décharges, des rivières ou dans les rues, selon le secrétariat à l’Environnement et aux Ressources naturelles du pays.

Mais quelques entreprises mexicaines, comme Granutec, Trisol et HM Energy Mexico, réutilisent ces pneus afin de fabriquer des enduits imperméables, des revêtements de sol ou encore un carburant alternatif au diesel, créant ainsi des modèles économiques rentables tout en luttant contre la pollution. Recycler ce matériau à l’aide de procédés mécaniques, plutôt que de le brûler, évite le rejet de CO2 dans l’atmosphère, facteur majeur du changement climatique. L’objectif est de parvenir à recycler 14 millions de pneus en cinq ans. Jusqu’à présent, seulement 5,4 millions ont été recyclés, soit 1,8 million par an.

Granutec, une entreprise fondée par la famille Álvarez à Ecatepec, au Mexique, a démarré son activité il y a 40 ans sous le nom de Central Hulera Álvarez. Elle recycle des pneus afin de produire des semelles de chaussures et de bottes destinées aux agriculteurs. Au départ, seules 40% de ses matières premières provenaient du recyclage, mais la société a développé un revêtement écologique imperméable qui lui permet désormais de créer ses produits entièrement à partir de pneus usagés. L’entreprise traite maintenant 120 tonnes de pneus par mois dans son usine et dispose d’une capacité de recyclage de 400 tonnes dans son centre de stockage. Ses bénéfices ont augmenté de 40% cette année, par rapport à 2017.

Une autre société mexicaine, Trisol, fondée en 2011 par Andrés García Gasca, fabrique à partir de pneus usagés des tapis, des murs de séparation, des pistes de course et des revêtements imperméables pour les routes. Tout comme Granutec, Trisol utilise un procédé mécanique pour séparer le métal, les fibres textiles et le caoutchouc, afin de produire des granulés de différentes tailles qui donnent lieu aux produits de la gamme «GreenOutdoors». L’entreprise, opérationnelle depuis 2016, espère construire sa deuxième usine de traitement à Mérida, dans le Yucatán, pour atteindre une production annuelle totale de 15 millions de litres de carburant écologique, épargnant à la planète 38.000 tonnes d’émissions de CO2 par an.

Cet article est publié dans le cadre de Solutions&Co, une initiative collaborative internationale rassemblant 20 médias business du monde entier mettant en lumière les entreprises changeant d‘échelle pour lutter contre le changement climatique.