LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

«Emerging Payments Association» (EPA) ouvre une antenne au Luxembourg

C’est entre une table de ping-pong et un baby-foot au cœur de la LHoFT que l’«Emerging Payments Association» ou EPA s’est présentée jeudi. Cette organisation basée à Londres a choisi de créer au Luxembourg une association axée sur le marché européen qui ciblera tous les acteurs présents dans le domaine des paiements émergents, entendez par là les canaux qui résultent de la digitalisation de la finance.

«EPA EU n’est pas un club limité aux fintech mais cible tous les acteurs de la chaîne de paiement», a souligné son directeur Thibault de Barsy, ancien CEO de Keytrade Bank Luxembourg. Son objectif? Regrouper environ 25 membres d’ici à la fin de cette année. «On va d’abord attirer des grands acteurs basés au Luxembourg, en Belgique, aux Pays-Bas et en France», a complété le responsable qui se montre également ouvert aux start-up. Mais avec un ticket d’entrée variant de 9.900 euros à 35.000 euros par an, la cible semble plutôt porter sur des structures dotées d’une certaine maturité. La liste des 150 membres inscrits dans l’association sœur londonienne confirme cela: on y retrouve MasterCard, Visa mais aussi Amazon.com ou encore l’entreprise allemande Wirecard.

Du networkinget des projetsd’expansion

«L’ADN de notre communauté n’est pas la taille, la fonction ou la localisation: c’est l’attitude», a fait valoir Tony Craddock, directeur général de l’EPA. Celui-ci explique avoir choisi d’ouvrir l’antenne européenne de l’association au Grand-Duché pour la qualité de son environnement d’affaires, son indépendance et le soutien du gouvernement. Parmi les membres fondateurs de l’EPA EU figurent l’entreprise de services financiers Banking Circle et Luxembourg for Finance. Son directeur adjoint Philipp von Restorff a d’ailleurs salué la venue de l’association avec qui il voit des similitudes puisque tout comme le porte-voix de la place financière, EPA EU a pour ambition de créer un réseau en Europe.

Pour y parvenir, des évènements seront organisés un peu partout, tout comme des projets de promotion, des documents de recherche et même des formations. EPA organise plus de 70 évènements par an et a ouvert l’an dernier une association sœur en Asie. «J’espère qu’en 2021 nous aurons EPA en Amérique du Nord», a confié Tony Craddock qui lorgne aussi l’Amérique latine et l’Afrique où son arrivée c’est jusque-là soldée par un échec. «Nous allons à la conquête de nouveaux membres en Europe», a résumé Thibault de Barsy qui suit de près les évolutions du marché des paiements et ses bénéfices mutuels, tant pour les entreprises que pour les consommateurs. Actuellement, les 150 membres du lobby londonien représentent plus de 6.000 milliards d’euros de transactions par an et emploient plus de 300.000 personnes.


www.emergingpayments.eu