LUXEMBOURG
JEAN-FRANÇOIS JACQUET

Quels sont les moteurs de l’essor mondial des voyages et du tourisme ? Un mélange de tendances géographiques et d’évolution démographique à long terme.

Quel que soit l’endroit où vous passerez vos vacances d’été (et à moins de louer une île privée), il est probable que vous n’y serez pas seul. Aujourd’hui plus que jamais, un nombre sans précédent de touristes visitent un nombre sans précédent de lieux. Et cette tendance ne semble pas vouloir faiblir.
Le secteur des voyages et du tourisme est l’un des plus dynamiques au monde, représentant 10% de l’emploi mondial et une valeur totale de près de 8.000 milliards d’euros. Pour la seule année 2018, sa croissance a été de 3,8%.

Aucune région ne connaît une croissance aussi rapide que l’Asie-Pacifique, qui représente aujourd’hui 45% du marché touristique mondial. La Chine apporte la plus forte contribution dans cette région, avec quelque 150 millions de voyages à l’étranger attendus cette année.

La Chine et les États-Unis (les deux plus grandes économies mondiales) représentent ensemble 35% des dépenses mondiales consacrées aux voyages et au tourisme, suivis du Japon, de l’Allemagne et du Royaume-Uni. Au total, l’OCDE estime que quelque 600 millions de «nouveaux visiteurs» entreront sur le marché du tourisme au cours des prochaines années.

Les tendances mondiales évoluent en permanence. En témoigne, par exemple, l’essor du tourisme du gaming en Asie, qui a progressé de 11% ces deux dernières années dans les hauts lieux de la région comme Macao, Singapour et les Philippines.

Toutefois, l’un des plus grands changements en cours dans les voyages et le tourisme à l’échelle mondiale est d’ordre démographique plutôt que géographique. Alors que l’espérance de vie dans le monde augmente inexorablement (+5,5 ans pour la seule période 2000-2016), le nombre de voyageurs qui ont atteint l’âge de la retraite augmente lui aussi.

Au cours des 35 prochaines années, le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans sera multiplié par trois. Certaines d’entre elles (certes pas toutes) auront le temps, les moyens et la capacité de voyager jusqu’aux dernières années de leur vie.

En Allemagne, par exemple, environ les deux tiers de la population ont effectué des voyages touristiques l’an passé, le pourcentage le plus élevé jamais enregistré. Selon la Fondation BAT for Future Studies, cette hausse a été alimentée par les personnes âgées de plus de 55 ans, et en particulier par celles qui ont entre 65 et 74 ans.

On observe la même tendance dans les pays développés du monde entier, où ce « marché des seniors » de plus en plus mobile représentera un pourcentage toujours plus important des dépenses de voyage et de tourisme. Et ce qui est vrai pour cette industrie l’est aussi pour d’autres, comme le commerce ou la restauration, voire la remise en forme.

Malgré tous ces indicateurs positifs, le secteur du tourisme est confronté à de nombreux défis, y compris une sensibilisation accrue à l’impact négatif sur l’environnement de cette multiplication des déplacements, notamment en avion. La sécurité est une autre question dont l’importance n’a jamais été aussi grande parmi les préoccupations des touristes, et qui est particulièrement imprévisible.

Enfin, dans notre monde mobile, à une époque où chacun est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, le message d’absence du bureau sera bientôt un vestige du passé. En conséquence, la connectivité est aujourd’hui une exigence de base pour la plupart des touristes, qui vient s’ajouter au coût d’exploitation des entreprises du secteur hôtelier quel que soit le lieu (y compris sur une île privée), modifiant à tout jamais la signification de l’expression «s’évader du quotidien».

Lëtzebuerger Journal
kbl

Présence européenne

Fondé en 1949, KBL European Private Bankers (KBL epb), dont le siège se situe à Luxembourg, est implanté dans 50 villes d’europe et emploie 2.000 personnes. Le groupe propose ses services aux particuliers fortunés et à leurs familles, ainsi qu’à une clientèle institutionnelle et professionnelle, qui comprend family offices, fondations et tiers gérants. KBL epb opère sous les marques suivantes: Brown Shipley, InsingerGilissen, KBL Espana, KBL Luxembourg, Merck Finck, Puilaetco Dewaay Private Bankers et Banque Puilaetco Deawaay. KBL epb, qui a annoncé le mois dernier l’arrivée d’un nouveau CEO en la personne de Jürg Zeltner, a bouclé un exercice 2018 avec un bénéfice net divisé par 44 à 800.000 euros. Ses actifs sous gestion et en conservation s’élevaient fin 2018 à 72,6 milliards d’euros. www.kbl.lu