LUXEMBOURG
LJ

Les services non financiers y ont contribué, note le Statec

Dans son dernier «Conjoncture Flash» diffusé mercredi, l’institut a fait état d’une croissance annuelle de 3,2% du PIB au troisième trimestre et de 1,7% en variation trimestrielle. «Il s’agit d’une amélioration par rapport aux deux trimestres précédents», souligne le Statec.

Dans le détail, l’activité dans les services aux entreprises et le commerce ont contribué à la dynamique, davantage que les services d’information et de communication et le secteur financier, selon les données publiées. Quant à la consommation des ménages, sa progression a quelque peu ralenti entre juin et septembre, tandis que les dépenses d’investissements se sont nettement repliées, après un second trimestre particulièrement porteur.