LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

La gratuité des transports publics pèsera sur l’inflation et donc, l’indexation des salaires, prévient le Statec

Le Statec a réduit ses prévisions d’inflation hier, à 1,7% pour 2017 contre 1,9% encore en novembre dernier. Pour l’année 2020, les prix sont attendus en hausse de 1,7% également, lestés par le ralentissement de la croissance économique, mais aussi par l’introduction de la gratuité dans les transports publics.

Selon l’institut de statistiques, cette mesure annoncée lors de la présentation de l’accord de coalition du nouveau gouvernement aura une conséquence de -0,2 point de pourcentage. «Cet impact ne peut être qu’estimé pour l’instant, car certaines informations - notamment sur les pondérations pour 2020 et l’impact sur les tickets transfrontaliers - ne sont pas encore disponibles», souligne le Statec dans un communiqué de presse.

L’inflation pourrait par ailleurs être affaiblie par d’autres mesures annoncées par la coalition Gambia II: la réforme des chèques-services, la gratuité des maisons relais et l’extension du taux de TVA super-réduit sur certains produits. La hausse envisagée des accises sur les produits pétroliers pourrait de son côté influencer la tendance dans l’autre direction. «Dans l’ensemble, les mesures envisagées devraient avoir un effet modérateur significatif sur l’inflation au moment de leur réalisation», insiste le Statec.

Pour rappel, les traitements et salaires sont automatiquement indexés de 2,5% lorsque l’indice des prix à la consommation suit la même trajectoire. Le dernier ajustement à la hausse remonte à août dernier et à en croire le scénario central du Statec, la prochaine tranche n’est pas attendue avant le dernier trimestre 2019. Cette prévision demeure identique à celle publiée en novembre.

Le pétrole scruté

Concrètement, si l’inflation a été soutenue en 2018 par les prix des produits pétroliers, ceux-ci vont contribuer à son recul en 2019, compte-tenu de la baisse des cours de l’or noir depuis octobre 2018. L’an dernier, l’inflation a atteint 1,5% au Luxembourg, dont un tiers provenait de la hausse des prix des produits pétroliers.

En les excluant, le taux d’inflation sous-jacente a affiché 1,1% l’an dernier et est attendu en hausse à 1,9% cette année, aidé par la baisse du chômage et la dynamisation des salaires. Mais pour 2020, le Statec table sur un affaiblissement à 1,8%, modération de la croissance économique et gratuité des transports obligent.

Pour janvier, le taux annuel d’inflation s’est tassé de 1,9% à 1,8%, a par ailleurs annoncé hier le Statec. Les soldes d’hiver ont poussé à ce recul de 0,9% de l’indice des prix à la consommation par rapport à décembre. A noter que certains postes ont signé une hausse des prix, comme l’électricité (+4,2%), les services financiers (+2,4%) et les services de téléphonie mobile (+1,2%). Au final, le taux d’inflation sous-jacent gagne 0,1 point à 1,8% tandis que celui d’inflation reflue de 0,1 point à 1,8%. Décidément, l’objectif de 2% d’inflation n’a jamais été à la fois aussi proche et aussi inaccessible.

www.statec.lu