LUXEMBOURG
LJ

La pandémie a dopé le Homeoffice - Selon un sondage, 55% jugent l‘expérience positive

La pandémie Covid-19 a basculé nos modes de travail. Pour des raisons sanitaires, des milliers de salariés se sont retrouvés au télétravail quasiment du jour au lendemain. Selon le Statec, pendant la période du confinement, 69% des personnes actives sont passées au télétravail - contre 20% en 2019. Dans le détail: 48% des travailleurs (salariés et indépendants) ont été en télétravail complet et 21% en télétravail en alternance. 31% des travailleurs ont donc continué à travailler entièrement dans les lieux de leur employeur. L‘institut des statistiques, qui a fait interroger 2.000 pesonnes entre le 29 avril et le 8 mai, relève par ailleurs que le télétravail complet a été particulièrement élevé dans l‘enseignement (74%), les services administratifs et financiers (61%) et l‘administration publique (47%). Parmi les indépendants ou freelance, le taux de télétravail a été de 66%.

Géographiquement parlant, le centre du pays compte relativement plus de personnes qui s‘adonnent au télétravail que les autres régions. Ainsi, dans la Ville de Luxembourg , dont l‘activité est davantage marquée par les services, 60% des travailleurs ont fait du télétravail complet pendant la période de confinement, contre 52% dans l‘Est, 42% dans le Sud et 31% dans le Nord du pays. A noter que les résidents étrangers y ont eu recours plus souvent (55%) que les résidents luxembourgeois (40%). Autre constat: les personnes qui ont la garde des enfants au domicile travaillent davantage en télétravail complet (52%) que celles qui ne l‘ont pas (45%).

Le télétravail a été particulièrement répandu parmi les personnes plus âgées (55+) - ce que le Statec attribue à l‘augmentation de la vulnérabilité avec l‘âge. Le télétravail est aussi fortement dépendant du type d‘occupation. Ainsi, les emplois nécessitant un niveau d‘éducation plus élevé se prêtent mieux aux tâches à distance, contrairement - évidemment - aux emplois manuels occupés plutôt par les personnes à faible niveau d‘éducation. Intéressant aussi: alors qu‘une personne sur quatre a déjà eu des expériences de télétravail avant la crise, pour trois personnes sur quatre, actuellement en télétravail, cette situation résulte exclusivement de la crise due au Covid-19.

A noter aussi que pour la plupart des personnes ayant déjà exercé le télétravail avant la crise, le nombre d‘heures de travail a augmenté pour 43% d‘entre eux, ou est resté inchangé (36%). 15% seulement des participants jugent l‘expérience négative - les causes exactes devant encore être investiguées, comme le pointe le Statec. Le sentiment positif est le plus répandu dans l‘administration publique et les services administratifs et financiers (60%), alors que le sentiment négatif est le plus fort dans l‘enseignement (29%).

Une population peinée

Autre révélation du sondage dont les résultats seront approfondis dans d‘autres publications: 25% des personnes en emploi affirment que leur sentiment de sécurité face à la stabilité de leur emploi s‘est détérioré suite au confinement. Un effet qui se fait le plus ressentir dans le secteurs de l‘horeca (44%), de l‘industrie (39%) et du commerce (31%). Les revenus ont quant à eux diminué pour 16% de la population. 17% affirment que leur santé physique a été entamée et plus de 33% ont ce même constat à propos de leur santé mentale.