LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Tikehau Capital présente son approche d’investissement durable

Impossible aujourd’hui pour les gestionnaires d’actifs de passer à côté des investissements durables. La demande pour ce type de produits est portée aussi bien du côté des investisseurs particuliers que des institutionnels. On en viendrait presque à oublier la question du rendement, pourtant déterminante dans la réflexion. Tikehau Capital voit les choses autrement: «On propose du rendement à impact, pas de l’impact sur le rendement», résume Edouard Chatenoud, responsable du marché Benelux pour ce gestionnaire installé au Luxembourg depuis cet automne.

Son fonds fermé «T2 Energy Transition» a déjà levé 500 millions d’euros avec une approche particulière: investir dans des entreprises de taille moyenne qui ont besoin de moyens pour répondre aux défis posés par le réchauffement climatique. Ainsi, Tikehau a jeté son dévolu sur deux firmes: le fournisseur d’installations photovoltaïques GreenYellow (filiale du groupe Casino) et le Groupe Rougnon, spécialisé dans les rénovations de bâtiments. Ceux-ci sont responsables de 45% de la consommation énergétique en France, souligne le gestionnaire qui considère donc la rénovation énergétique comme un marché à fort potentiel.

Le fonds de Tikehau a investi 150 millions d’euros dans GreenYellow et 30 millions d’euros dans le Groupe Rougnon. Ce modèle de private equity à l’accent durable entend se distinguer des fonds ouverts ESG où «les gens ont l’impression qu’on fait de la philanthropie», dixit Pierre Abadie, en charge de la transition énergétique chez Tikehau Capital.

Le gestionnaire ne tourne toutefois pas complètement le dos à l’ESG puisqu’il compte quelques fonds domiciliés au Luxembourg, dont sept sont labellisés ESG par LuxFLAG.

De Paris à Luxembourg

Pierre Abadie arrive tout droit de Total où il a passé seize années à plancher sur la question énergétique et la transition du groupe de distributeur de carburants à celui de fournisseur de solutions énergétiques. Le groupe pétrolier français est d’ailleurs partenaire sur le fonds qui, lui, est géré par Tikehau Capital, précisent nos interlocuteurs.

«Ici, on transforme du retour en impact», assure Pierre Abadie. L’argent levé reste une dizaine d’années dans le fonds et ne sera rendu que lorsque Tikehau aura vendu ses participations. «L’objectif classique dans le private equity est de doubler la mise pour les investisseurs», glisse le responsable de passage à Luxembourg.

Tikehau Capital a vu le jour en 2004 à Paris et est depuis lors présent dans dix pays du globe. Il emploie 500 personnes - dont une au Luxembourg - et ses encours s’élèvent à 23 milliards d’euros. Dans ses actionnaires, on retrouve notamment Lalux avec 1% environ.