LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

La progression de l’encaissement des primes d’assurance ralentit au 3e trimestre

C’est une croissance de 21,94% sur la quelle personne ne crachera, et certainement pas le Commissariat aux assurances (CAA) qui a publié jeudi matin les dernières statistiques du secteur. L’encaissement des primes s’est donc renforcé au 3ème trimestre de cette année, toujours soutenu par les assurances non vie où la croissance a même atteint 203,49% de janvier à septembre, souligne l’organisation.

Elle attribue ce rebond aux retombées de l’agrément de compagnies ayant choisi le Luxembourg comme lieu d’installation suite à la décision du Royaume-Uni que quitter l’Union européenne.

D’ailleurs, «l’encaissement des entreprises du Brexit a été multiplié par 11 par rapport à la même période de 2018 et représente à présent plus de 71% de l’encaissement non vie total», pointe un communiqué de presse.

Les compagnies qui opèrent sur le marché luxembourgeois ont vu leur croissance se limiter à 5,91%. Le Commissariat aux assurances isole même les compagnies non vie hors Brexit et hors assurances maritimes et opérant à l’étranger. Leur encaissement gonfle pour sa part de 18,42%.

Il n’empêche, avec des primes en hausse de 21,94% fin septembre, la cadence ralentit après des bonds de 53,80% au 2e trimestre et de 46,18% au 1e trimestre de cette année. «En assurance non vie, l’encaissement des primes n’est pas régulier tout le long de l’année et traditionnellement beaucoup de contrats sont renouvelés et les primes sont encaissées en début d’exercice», pointe Claude Wirion, directeur général du Commissariat aux assurances.

Il affiche sa satisfaction quant à la croissance réalisée, même si son rythme diminue. Un «effet Brexit» qui s’estomperait? «Le CAA n’a pas d’indications en ce sens», répond-t-il.

Un élément perturbateur en assurance-vie

Du côté de l’assurance-vie, les primes sont montées de 23,63% au terme des trois premiers trimestres de l’année, portés par les produits à rendements garantis (+51,19%) loin devant ceux en unité de compte (+7,75%). Attention toutefois: un élément exceptionnel a pesé sur la statistique puisqu’un portefeuille d’un montant supérieur à 2 milliards d’euros a été transféré vers le Luxembourg, avec un impact sur l’assurance classique à rendements garantis.

Dans ce contexte, les provisions techniques du secteur demeurent robustes avec une hausse de près de 9% sur un an à 196,85 milliards d’euros. Au dernier trimestre, la progression atteint plus de 5 milliards d’euros (+2,62%), dopée aussi bien par la collecte nette positive (2,84 milliards d’euros) que par la revalorisation des contrats (2,19 milliards d’euros).


www.caa.lu