LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Les marchés titubent mais les action restent une valeur sûre, selon Schroders

Certes, l’année 2018 n’a pas été folichonne avec une chute de 10% de l’indice MSCI World. Mais Alex Tedder préfère observer la tendance à plus long terme: «Les actions ont été un bon investissement sur ces dix dernières années, particulièrement aux Etats-Unis», souligne le «Head of global equities» chez Schroders.

De passage à Luxembourg jeudi, le Britannique a présenté ses prévisions pour l’année 2019 et affiché son penchant pour les actions d’entreprises nord-américaines et particulièrement actives dans les technologies de l’information. A côté des célèbres GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), d’autres entreprises se font un nom sur ce vaste marché où la disruption semble jouer un rôle majeur. Miser global, mais aussi diversifier les expositions aux sociétés, voilà les recommandations de Schroders.

Le gestionnaire souligne qu’à la fin de l’année 2018, les marchés boursiers ont déjà régressé, sans doute en anticipation de 2019. Pas de raison donc de s’affoler de ce ralentissement, découlant aussi de certaines valorisations élevées.

Pression sur les marges et la profitabilité

Autre paramètre: les marges des sociétés qui, ces dernières années, ont sensiblement augmenté à travers le monde. Mais «la profitabilité va ralentir, particulièrement aux Etats-Unis». En cause, une pression à la hausse sur les salaires, le déclin de l’effet de la baisse d’imposition des sociétés et les taux d’intérêts.

Pour Alex Tedder, il n’y a pas de raisons de paniquer: «Je pense que les attentes sur les Etats-Unis sont encore assez élevées», dit-il. Quant à la guerre commerciale, son plus gros impact serait plutôt l’incertitude qu’elle génère dans le domaine du commerce. Pour le reste, le poids de l’économie domestique américaine est et demeure majeur, souligne le responsable.

«Je ne suis pas massivement négatif sur les actions mais je ne suis pas massivement positif non plus. Il y aura de la volatilité», commente Alex Tedder qui voit, outre les valeurs technologiques, d’autres niches de croissance. Les sociétés impliquées dans la lutte contre le changement climatique par exemple mais aussi les pharmaceutiques qui demeurent des vecteurs intéressants.

«J’ai le sentiment que les USA continueront à délivrer de la croissance», insiste le gestionnaire pour qui «les Etats-Unis sont le marché où les entreprises sont les mieux gérées».

www.schroders.com