LUXEMBOURG
LJ

Les tests à large échelle continueront pendant l’été - plus de moyens pour les hôpitaux

Après avoir fait le point vendredi matin ensemble avec le ministre de l’Education nationale Claude Meisch sur une étude concernant le Covid-19 en millieu scolaire, la ministre de la Santé Paulette Lenert a informé dans l’après-midi sur la stratégie générale contre la propagation du virus. A noter que la tendance est actuellement à la baisse en ce qui concerne le nombre d’infections par 100.000 habitants: le taux a ainsi atteint 47,44 lors de la période du 3 au 9 août. Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, sur 5.376 testes effectués jeudi, 37 personnes – dont 33 résidents – ont été testés positives. 35 patients se trouvent en soins normaux dans un hôpital en raison du virus et trois en soins intensifs. Le nombre de décès n’a pas varié et s’établit à 122 depuis le début de la pandémie. Le nombre d’infections actives continue de reculer et s’établit à 783 actuellement.
La ministre Lenert, soucieuse de protéger la santé publique et d’éviter un second lockdown, a expliqué que la stratégie de prévention et de lutte en cas de reprise de la pandémie repose sur cinq mesures de base, à savoir l’information, la prévention, l’accompagnement, le dépistage et la prise en charge des patients Covid-19. Alors que les capacités d’accueil des hôpitaux ont été adaptés à la situation – d’ailleurs, en concertation avec la Caisse Nationale de Santé et la Fédération des Hôpitaux Luxembourgeois, une dotation soignante supplémentaire a pu être retenue, permettant de faire face à la surcharge de travail et à la nouvelle organisation – des possibilités supplémentaires de prise en charge après un séjour stationnaire en hôpital auraient pu être identifiées.

Un centre de consultation Covid-19 au sein de la Bibliothèque nationale

Un plan de montée en charge a également aurait été établi pour les soins primaires autour de trois axes: premièrement des téléconsultations pour suspicion Covid-19 assurées par les médecins généralistes et spécialistes, ensuite des centres de consultation Covid (CCC) pour l’examen médical et le prélèvement naso-pharyngé des patients suspects Covid et enfin le rétablissement des centres de soins avancés (CSA). A noter qu’un premier centre de consultation Covid (CCC) est en cours d’aménagement au Kirchberg, dans les locaux de l’ancienne Bibliothèque nationale du Luxembourg. En cas de besoin, ce centre serait activable à compter de cette fin de cette semaine. “Il s’agit d’un centre permettant de recevoir des patients présentant des signes suspects d’infection par la Covid-19”, précise un communiqué de presse.
Quant aux tests Covid-19, le dispositif à large échelle (large scale testing) continuera tout au long de la période des vacances dans un but de protection de la santé publique et d’endiguement de la pandémie.
Mise en œuvre avec le Luxembourg Institute of Health (LIH), la démarche de test de cet été se veut ciblée et réactive et s’inscrit dans un souci de continuité par rapport à la première phase du large scale testing, venue à échéance en date du 27 juillet. La deuxième phase débutera en septembre dans une optique à long terme, au moins jusqu’au premier trimestre 2021, avec un accent mis sur le monitoring stratégique de la population et l’identification de recrudescences locales.
L’écart entre les deux phases sera comblé par une extension du large scale testing permettant de couvrir le mois d’août et le début du mois de septembre. Son orientation s’inscrit dans le contexte particulier de la période de vacances et de la recrudescence des infections constatée à partir de mi-juillet.

Ménages, voyageurs, ouvriers et écoliers invités au test

Dépistage «Ménages»: Face au constat que les nouveaux cas identifiés dernièrement sont avant tout issus de contaminations intrafamiliales, les ménages seront invités pour le large scale testing selon un schéma de maillage bien défini en fonction de la localisation des infections.
Dépistage «Sectoriel»: Des invitations continueront à être adressées aux personnes exposées à un risque plus élevé de contamination, comme par exemple le personnel de santé et de soins.
Spécial «Voyageurs»: Le dispositif de test accordera également une importance particulière aux voyages. Ainsi, les personnes qui doivent ou souhaitent se déplacer dans un pays les obligeant à se prémunir d’un test négatif ont la possibilité de se faire tester gratuitement via une démarche sur MyGuichet.lu.
Les personnes rentrant de leur voyage en avion pourront profiter d’une offre de test gratuite à leur arrivée à l’aéroport du Luxembourg. Ceux rentrant de leur voyage par un autre moyen de transport pourront, à partir du 17 août, prendre rendez-vous pour un test gratuit à leur retour via MyGuichet.lu.
Spécial «Congé collectif»: En collaboration avec l’UEL, la Chambre des métiers et la Fédération des artisans, le ministère de la Santé a également envisagé une campagne de dépistage représentative dans les entreprises de certains secteurs au retour du congé collectif. La démarche choisie permettra d’avoir une vue d’ensemble représentative sur des foyers d’infection potentiels dans les entreprises.
Spécial «Rentrée scolaire»: Finalement, afin d’assurer une reprise sereine de la scolarité, les élèves et le personnel de l’enseignement primaire et secondaire recevront des invitations à se faire tester en début de septembre.
En cas de symptômes, il restera évidemment toujours possible de faire effectuer un test PCR prescrit par un médecin.

Apprentissage et climat

Conseil de Gouvernement

Bien évidemment, le point sur la situation du Covid-19 était au programme du Conseil de gouvernement hier. Mais les ministres se sont aussi entretenus sur toute une liste de projets de lois et de réglements grand-ducaux. Le Conseil a ainsi par exemple donne son feu vert au projet de loi introduisant une prime unique pour la promotion de l’apprentissage dans le domaine de la formation professionnelle visant à encourager les organismes de formation à former de nouveaux apprentis ou à reprendre des contrats d’apprentissage résiliés. Alors que le Grand-Duché  s’est donné comme objectif de réduire de 55% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et d’atteindre le «zéro émissions nettes» au Luxembourg d’ici 2050 au plus tard, le gouvernement en conseil a par ailleurs adopté une série d’amendements au projet de loi relative au climat qui met en place un cadre clair et transparent pour atteindre cet objectif.

Mieux ancrer et mieux structurer la politique

Avec cette nouvelle loi, la politique climatique serait mieux ancrée, mieux structurée et deviendrait un objectif partagé, pointe le communiqué de presse du gouvernement. Le projet de loi concerné comprend trois parties. Primo: l’établissement du cadre de la politique climatique luxembourgeois y inclus des procédures claires et transparentes pour l´élaboration et l’adoption: du Plan national intégré en matière d’énergie et de climat (PNEC), de la stratégie d’adaptation aux effets du changement climatique, et de la stratégie à long terme pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Des objectifs climatiques sectoriels seront fixés dans les domaines suivants industries de l’énergie et manufacturières, construction, transports, bâtiments résidentiels et tertiaires, agriculture et sylviculture et traitement des déchets et des eaux usées. Par ailleurs, un fonds spécial «fonds climat et énergie» est prévu pour financer les mesures concrètes. Ce fonds est réformé tant du côté de son alimentation, des investissements éligibles que de sa gouvernance. Il sera désormais possible de financer par exemple des mesures d’adaptation au changement climatique dans nos forêts. Enfin, le projet vise la transposition en droit national de la directive (UE) 2018/410 du système d’échange de quotas de gaz à effet de serre (ETS) qui responsabilise davantage l’industrie.