LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

En 2018, la motorisation essence a dépassé le diesel dans le parc automobile luxembourgeois

Avec 202.199 voitures particulières, le parc automobile luxembourgeois a signé en 2018 une faible croissance de 0,23%. Mais à y regarder de plus près, l’année écoulée a été marquée par le retour en force des motorisations essence: leur nombre a, pour la première fois depuis 2011, devancé celui des diesels. Au total, 103.699 voitures à essence ont été comptabilisées par le Statec, contre 95.472 voitures diesel. Les voitures à essence ont cru de 4,7% mais celles au diesel ont reculé de 4,6%.

Le scandale des moteurs diesel truqués, mais aussi l’interdiction annoncée des voitures diesel dans certaines capitales européennes ces prochaines années peuvent expliquer le phénomène. Mais globalement, les voitures particulières ont connu une baisse des immatriculations en 2018, de l’ordre de 4,4% à 19.259 unités selon le Statec. Au total, le parc de véhicules luxembourgeois nouvellement immatriculé est resté quasi stable, à 52.811 unités.

Et si les bornes de recharge pour voitures électriques ont tendance à pousser comme des champignons dans les parkings du pays, ces véhicules restent une niche, montrent les données du Statec. 814 unités ont été recensées dans le parc des voitures particulières, soit une part de 0,4% seulement.

Moins de particules fines, plus de CO2

Bref, les voitures dotées d’un moteur thermique continuent à dominer nos routes. Et si l’essence gagne peu à peu du terrain sur le diesel, cela n’est pas sans impact sur l’environnement. En Belgique, où une tendance similaire est observée, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) des voitures neuves ont augmenté l’an dernier. En cause: les voitures à essence consomment en moyenne davantage que les diesels et surtout, elles émettent plus de CO2. Quant au moteur diesel, il produit certes moins de CO2 mais génère davantage de particules fines, réputées être dangereuses pour la santé et l’environnement.

Plus que jamais, l’automobile cherche encore sa voie vers une mobilité propre.