LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Le CEO de Deutsche Bank Luxembourg admet à demi-mots que le paysne devrait pas être touché par la restructuration de la banque

La première banque allemande a annoncé dimanche un grand plan de restructuration concernant près de 18.000 emplois à travers le monde, sans plus de précision. Le but est de sortir la tête de l’eau, après plusieurs années de diffultés. Le groupe a l’intention à travers ce vaste plan d’économiser quelques 17 milliards d’euros, après avoir subi une vaste perte de 2,8 milliards au deuxième trimestre 2019, une première conséquence des charges de restructuration liées à ce plan. La nouvelle venant de tomber, les partenaires sociaux n’ont pas encore eu le temps de se mettre au courant de l’impact du plan dans chaque branche. Si les pertes vont certainement se concentrer sur le marché principal de la banque allemande, cette dernière est également présente à travers ses filiales dans plus de 75 pays, les plus importantes étant à Londres, New York et Singapour.

Lourdement affectée par la crise des subprimes, elle parvient à l’automne 2008 à se faire rembourser douze milliards de dollars, que lui devait l’American International Group, à la suite du renflouement de ce dernier par la Réserve fédérale américaine19. En décembre 2012, elle est accusée par d’anciens employés d’avoir dissimulé 12 milliards de dollars de pertes latentes pendant la crise financière. Depuis lors, la banque ne va pas se remettre de cet épisode et enchaine les ventes d’activités, des amendes pour blanchiment d’argent en 2017 par les autorités américaines et britanniques et suppression de centaines de postes en 2017 et 2018. Cette nouvelle annonce d’une suppression massive de postes est un coup dur pour la banque.

570 employésau Luxembourg

Au Luxembourg, Deutsche Bank emploie quelque 570 personnes selon le dernier décompte du Statec au 1er janvier dernier. Le CEO de la branche luxembourgeoise Frank Krings a été contacté par nos soins. Il laisse entendre que Luxembourg devrait être épargné par cette coupe massive, car les secteurs touchés par le plan ne sont pas ceux qui concernent la branche luxembourgeoise: «Les annonces du week-end indiquent à quels secteurs d’activité (par exemple le négoce d’actions, négoce de produits de taux d’intérêt, commerce de détail) les mesures annoncées se rapportent principalement. Deutsche Bank Luxembourg S.A. n’est active dans aucun des secteurs d’activité de cette liste», précise-t-il. Mais le CEO se veut prudent, en insistant sur le fait que l’annonce n’a pas été spécifique à un pays ou une branche de la banque. «Aujourd’hui encore, rien ne peut être ajouté aux déclarations qui y sont faites. A cet égard, le Luxembourg dispose néanmoins d’une image suffisamment cohérente, malgré la restriction fondamentale qui a été imposée au départ en vue d’un traitement uniforme à l’échelle du groupe». Frank Krings est donc prudent tout en étant clair sur l’avenir, dans le cadre de ce plan de restructuration, pour les 570 employés de Deutsche Bank Luxembourg qui devraient donc être épargnés.