LUXEMBOURG
LJ

Journée mondiale de l’eau: sous le signe de la crise climatique

La Journée mondiale de l‘eau, célébrée ce dimanche, est placée cette année sous le signe du réchauffement climatique, qui ne reste bien évidemment pas sans répercussions sur le Grand-Duché. Selon un communiqué de l‘Administration de la Gestion de l‘Eau, rattachée au Ministère de l‘Environnement, les effets du changement climatique seraient déjà visibles aujourd‘hui dans une certaine mesure. Est pointée notamment l‘augmentation de la température moyenne pluriannuelle qui est passée, de 8,3 degrés pour la période 1961-1990 à 9,3 degrés pour la période 1981-2010. Les projections climatiques partent d‘une moyenne de température de 11,2 degrés à la fin du 21ième siècle. Si les précipitations moyennes n‘ont guère changé au cours des périodes de référence (875 mm par an entre 1961 et 1990 et 897 mm par an entre 1981-2010), les variations saisonnières seront plus marquées, avec une augmentation des précipitations hivernales et une baisse des précipitations estivales.

En clair: moins de neige, mais plus de pluie en hiver. Et des périodes de sécheresse prolongées en été. Les experts prévoient aussi une recrudescence des phénomènes métérologiques, comme le Luxembourg les a vécus ces dernières années avec des pluies diluviennes dans certaines parties du pays. La baisse des précipitations enregistrée ces derniers étés a non seulement entraîné un fort stress hydrique affectant notamment la faune et la flore, mais aussi le trafic fluvial qui reste cependant un mode de ravitaillement essentiel. Que ce soit pour boire, irriguer, les cultures, alimenter les circuits de refroidissement dans les entreprises ou pour remplir les piscines: la demande en eau atteint des records lors de canicules, mettant à l‘épreuve les réserves d‘eau potable. Il faut savoir que cette eau provient à moitié du Lac de la Haute-Sûre et à moitié des nappes phréatiques, dont la recharge est moins efficace, puisqu‘il y a moins de neige en hiver. L‘eau est donc une ressource à protéger absolument. Ce que le gouvernement fait entre autres avec des plans de gestion des districts hydrographiques pour minimiser les pressions s‘exerçant sur les différentes masses d‘eau. Et bien entendu, les stratégies contre le réchauffement climatique ont aussi pour but de préserver l‘eau.


Plus d‘infos: eau.public.lu