LUXEMBOURG
NICOLE WEIS-LIEFGEN

La 6ème Journée Mondiale des Soins Palliatifs, journée unitaire d’action qui promeut et soutient les soins palliatifs dans le monde entier, aura lieu le samedi 10 octobre. Le thème retenu en 2020 est «mes soins, mes droits» («my care, my right»).

«Cette année, la journée mondiale nous rappelle le droit de toute personne aux soins palliatifs. Quand ils sont dispensés au Luxembourg, ils sont de très haut niveau. Or, deux problèmes se posent toujours: le patient n’a pas toujours accès aux soins palliatifs et il n’a pas toujours la possibilité de mourir à l’endroit où il le souhaite.

Qui dit droit aux soins palliatifs dit respect de la volonté de la personne. Or en 2020, 11 ans après la loi sur les soins palliatifs, et 6 ans après la loi sur les droits et obligations du patient, la volonté de la personne en fin de vie n’est pas toujours respectée comme il faut.

Plusieurs scénarios se posent: ou bien la personne n’a pas rédigé sa volonté et n’a pas nommé une personne de confiance, ou bien la personne a rédigé sa volonté et le médecin et/ou les soignants ne sont pas prêts à respecter la volonté écrite, pour raisons déontologiques, par peur ou par inexpérience. Ou encore la famille ou certains membres de la famille ne sont pas d’accord et s’opposent à la volonté du patient. Dans tous ces cas, où la volonté de la personne n’est pas clairement établie (et documentée) avec le médecin, les soignants et l’entourage, le risque est grand que cette volonté ne soit pas respectée (p.ex. hospitalisation par un médecin de garde ne connaissant pas le patient et qui ne voit que l’urgence médicale).

Avec les formations de Omega 90 (1.131 participants par an), les consultations pour la rédaction de la volonté en fin de vie (180 par an), les conférences publiques (680 participants) nous continuons à répéter que chaque patient doit rédiger sa volonté en fin de vie et nommer une personne de confiance qui va parler à sa place et faire valoir ses droits quand elle ne pourra plus s’exprimer.

Si le patient exprime clairement sa volonté et en parle avant de se retrouver dans une situation difficile, le médecin et les soignants sont soutenus dans les décisions qu’ils sont amenés à prendre pour leur patient.»