LUXEMBOURGPASCALE OBERLE/NATASCHA EWERT

Cédric Evrard raconte sa passion pour les célèbres figurines

Mon rêve c’est de créer mon propre musée playmobil pour partager ma passion avec le plus de gens possible.» Cédric Evrard, collectionneur passionné et grand jeune homme de 41 ans, photo-reporter dans la vie, a fait les premiers pas vers son rêve. En avril dernier il a monté au Belval Plaza à Esch sa toute première exposition au Luxembourg consacrée aux Playmobil.

Un petit cadeau comme déclencheur

Sa collectionnite aiguë a commencée il y a dix ans. A la faveur d’un cadeau pour une nièce, il a replongé dans l’univers playmobil qui a bercé son enfance. Il s’est pris au jeu et a commencé à rechercher les figurines qu’il possédait enfant. Depuis, le garage de sa maman est rempli à ras-bord de figurines, de boîtes collector non ouvertes (elles ont plus de valeur) et de playmobils géants - hé oui ça existe. Les playmobils géants, c’est le dada de Cédric: il en possède actuellement une vingtaine, dont un père Noël, une famille viking ou encore un monstre du Loch Ness qui crache du feu. Ses amis designers qu’il a ralliés à sa cause, lui customisent ses nouvelles acquisitions afin de recréer Dark Vador aussi bien que le fameux sheriff, la première figurine que Cédric a eu enfant.

Entre 700 et 2.500 euros pour une figurine en XXL

Car c’est bien une petite madeleine de Proust qu’il savoure à chaque figurine dégotée sur une vente sur internet ou lors une foire spécialisée. C’est ce plaisir lié à l’enfance et à son imaginaire qu’il plébiscite dans l’univers playmobil. «Je me déplace dans un rayon de 500 kilomètres pour trouver de nouvelles figurines», raconte Cedric.

Sa passion le met en relation avec des collectionneurs de tout le Benelux. Il achète, échange et vend aussi quelques uns de ses playmobils géants. Les prix varient entre 700 et 2.500 euros, selon la rareté et l’originalité du modèle. Collectionneur oui, mais Cédric veille à ce que sa passion n’envahisse pas son quotidien et celui de ses proches. Sauf le garage de sa maman evidemment. Chez lui, vous ne trouverez que deux ou trois pièces très discrètes. Papa d’une petite fille de 18 mois, il est encore trop tôt pour savoir si la relève sera assurée. En tout cas, Cédric est déterminé à partager sa passion, gageons que l’enfant qui sommeille en chacun de nous sera ravi de retrouver les compagnons des jeux de son enfance. L’exposition est à retrouver prochainement à Saint Hubert en Belgique.


Contact: cevrard1@hotmail.com